Je vous avais promis un deuxième article concernant la participation du Premier Ministre Valls à l'émission de Ruquier. Nous y sommes. Ici et maintenant on peut dire que le Premier Ministre a réussi son pari et Ruquier a bien fait de l'inviter. Selon médiamétrie, 2 millions de téléspectateurs étaient devant leurs postes, soit 29 % de part du marché, ce qui est extraordinaire pour France 2 un samedi soir.

Au delà de la métrie, on n'a rien appris de ce que l'on savait déjà.

  • Le Premier Ministre réaffirme son attachement à la République et à la mobilisation de la Nation pour lutter contre le terrorisme.
  • Concernant la déchéance de nationalité, Monsieur Valls a donné tort à Madame Taubira mais n'a pas envisagé sa démission grâce à sa loyauté envers le chef de l’État.
  • Concernant les Primaires, le Premier Ministre a définitivement refermé la porte ouverte par Thomas Piketty, Cohn-Bendit et d'autres écologistes sur la faisabilité d'une élection de ce genre. Pour le Premier Ministre, le candidat naturel de la Gauche est #François Hollande : circulez, il n'y a rien à voir.
  • Concernant la formation professionnelle, il a dit ce que l'on savait déjà : la volonté du #Gouvernement d'inverser la courbe du chômage par la création des conditions d'embauche et de financement des apprentis par les patrons.

Ruquier était aux anges car pour lui c'était un coup médiatique réussi. Les questions de Léa Salamé et de Yann Moix n'étaient pas complaisantes. Ce passage réussi du Premier Ministre doit nous apprendre l'humilité, même si certains disent qu'au montage des mots ont été coupés car ce n'était pas une émission en direct mais enregistrée. En France, nous sommes trop bavards, nous jouons les matchs sur le papier avant de le faire concrètement sur le terrain.

Le Premier Ministre a eu raison d'aller voir Ruquier. Il symbolise par sa présence la « médiapeopolisation » du système politique français qui préfère la communication politique au contenu des messages. Ainsi va le système politique qui s'intéresse plus à la vie privée des hommes politiques (vie matrimoniale, lieux de vacances, vie extraconjugale) qu'à l'analyse réelle et profonde de ce qui préoccupe réellement les Français. L'insécurité permanente apportée par le terrorisme international dit exiger de nos hommes politiques plus de modestie, moins de communication politique (je ne leur demande pas de rester silencieux) et plus d'actes forts pour rassurer les populations, la République et la Nation françaises. #Manuel Valls