On peut être de Droite et se réjouir de la désunion actuelle au sein du Parti Socialiste. Cette façon d’être à Droite est bête et idiote car non argumentée et non analytique. Ce n’est pas la mienne. En revanche on peut être de Droite et signaler aux différents responsables de la Droite et du Centre les dangers qui les guettent s’il n’y a pas un accord réel après les primaires à Droite et au Centre. Les conservateurs et les centristes risquent de perdre les élections présidentielles et de laisser au second tour Marine Le Pen et Hollande, ce qui serait un comble alors que la sociologie politique du moment et les enquêtes d’opinion montrent que la France s’est globalement droitisée.

 

Le réquisitoire de Martine Aubry dans le Monde du jeudi 25 février est salutaire pour la Droite et le Centre dans la mesure où il faut que les primaires épuisent toutes les tensions doctrinales pour permettre au candidat retenu d’être en position de force face au candidat socialiste et à l’extrême droite. Le texte de Martine Aubry a été cosigné par Daniel Cohn-Bendit, Benoit Hamon, Yannick Jadot et deux personnalités importantes de la société civile : le Professeur Axel Kahn et le sociologue Michel Wieviorka.

 

Après avoir avalé de nombreuses couleuvres, Martine Aubry tire à boulets rouges contre Hollande mais surtout, de façon cachée, contre #Manuel Valls, auquel elle reproche la droitisation du Parti Socialiste. Martine Aubry, je l’ai déjà écrit sur ces pages de Blasting news, a un problème d’héritage politique vis-à-vis de Hollande. Elle est la fille biologique de Jacques Delors. Hollande est l’héritier spirituel et politique de Jacques Delors. Madame Aubry, vous avez accusé en 2011, lors des primaires, Monsieur Hollande d’être dans le flou, comme le disait votre Grand-mère. Le problème actuel est que Hollande est dans la clarté et c’est vous qui êtes dans le flou et vous devenez louve. Il réforme la France sur deux sujets importants, le code du travail et le marché du travail, et cette démarche n’a pas l’heur de vous plaire. Vous dénoncez la politique du #Gouvernement sur l’emploi, les migrants et la déchéance de nationalité. Vous accusez le Premier Ministre Valls, que vous n’aimez pas beaucoup car, selon vous, il est dans la ligne de Michel Rocard que tous les thuriféraires socialistes, Mitterrand en premier, ont toujours considéré comme à Droite au sein du Parti socialiste. Vous faites une critique radicale des décisions prises par le gouvernement Valls (CIC, 41 milliards d’euros mobilisés pour rien), vous parlez des migrants en critiquant la position de Valls vis-à-vis de Madame Merkel. Concernant la déchéance de nationalité, vous refusez l’apatridie pour les mono-nationaux. Vous insistez sur l’identité française qui doit être républicaine et non communautaire et fondée sur les origines. Vous parlez d’un affaiblissement durable de la France et vous revendiquez le droit d’appartenir à un camp, celui de vos amis marxistes, qui serait plus réformiste que celui de Hollande/Valls.

 

Sur tous ces points Madame, il n’y a pas d’alternative de votre part en termes de solution. Vous avez bien soutenu Dominique Strauss-Kahn social-libéral. Vous avez refusé de conduire la liste socialiste pendant les régionales car vous saviez que vous n’aviez aucune chance de gagner (bravo le courage en politique). Vous êtes devenue Maire de Lille dans un fauteuil tout prêt et chauffé par l’ancien Premier Ministre Mauroy. Vous êtes énarque et la femme des 35 heures et, comme l’a dit Monsieur Le Guen ce matin sur Europe 1 (25/02/2016), les décisions concernant les 35 heures ont coûté plus cher aux contribuables chaque année car les entreprises recevaient des subventions en compensation. Je ne suis pas socialiste,  j’ai des amis dans votre camp, mais un camp plus ouvert et plus orienté sur la modernité.

 

Je suis de Droite, mais je pense que la France doit se réformer et que le couple Hollande/Valls essaie de faire ce qu’il peut, même si je ne suis pas toujours d’accord avec lui. #François Hollande