Tout remaniement ministériel traduit un nouveau projet politique. C’est bien le cas lorsqu'un gouvernement se trouve à un an de l’échéance décisive. Dans ce projet politique nouveau, le changement est normalement avant tout celui du Premier Ministre. Avec #François Hollande, rien de tel. Le Premier Ministre Valls reste en place. Hollande, spécialiste de la synthèse, triomphe car il a réussi de bric et de broc à reconstruire la majorité rose/vert de 2012, une majorité qui fait de nouveau appel  aux  Verts qui ont trahi leur parole comme Emmanuelle Cosse ou comme Pompili. Concernant Vincent Placé, l’opportunisme politique qui le définit ne peut même pas être analysé car il ne représente que lui-même. Il voulait entrer au gouvernement, il  l’a dit, nous y sommes. J’avais dit sur ces pages de Blastingnews que les Verts n’existaient pas, ma prémonition était juste et les faits me donnent raison. Il reste à Cécile Duflot de présenter une candidature à l’élection présidentielle pour mettre un caillou "vert" dans la chaussure gauche de Hollande, ce qui l’obligera peut-être à marcher en penchant à Droite, une Droite libérale représentée par Emmanuel Macron qui devient l’homme sur lequel Hollande compte pour limiter l’influence du Premier Ministre Valls. Celui-ci peut être déçu du retour de Ayrault qui travaillera en étroite collaboration avec le #Président de la République. le voyage du Premier Ministre avec son nouveau Ministre des Affaires étrangères à Berlin est un trompe l'oeil.  L'entente entre les deux est-elle si forte ?

 

Le remaniement ministériel pose le cadre de l’élection présidentielle de 2017 pour Hollande. C’est d’abord un gouvernement de combat et d'élection avec des Ministres sur le retour, comme l’ancien Premier Ministre Ayrault et Monsieur Baylet à l’Aménagement du territoire et à la ruralité. Sur le plan idéologique et de la bataille des idées,  le #PS est en miettes. Si la Droite, considérée comme la plus bête du monde par un de ses mentors les plus importants dont je tais le nom, ne fait pas trop d’erreurs, elle est sûre de ramasser facilement la mise en 2017. Hollande introduit les « hollandais » historiques pour mieux bordurer le Premier Ministre dont les marges de manœuvre vont être progressivement réduites avant la présidentielle. Valls a eu beaucoup de mal à imposer des noms de certains affidés les plus proches  et à les faire rentrer au gouvernement. Le Président Hollande était seul maître à bord pour le casting, même si le Premier Ministre peut dire le contraire. 

 

On a fait rentrer dans le gouvernement une kyrielle de femmes Secrétaires d’Etat en  créant des fonctions qui ne servent à rien, comme le Secrétariat de l’aide aux victimes. Victimes de quoi ? Nous ne sommes pas en guerre et Daesh n’impose pas sa loi à la France. Nous ne sommes pas dans un espace d’hyper terrorisme et, dans tous les cas, force restera à la loi et à l’Etat français. Créer un Secrétariat d’Etat peut, de façon subliminale, induire l’idée qu’il y aura d’autres victimes. Deuxième Secrétariat qui ne sert pas à grand-chose : l’égalité réelle. Quel aveu !  Le gouvernement s’aperçoit un peu tardivement qu’il faut plus d’égalité entre les Français. On rêve. Où sont passés les vrais socialistes adeptes du progrès social et pas seulement du verbe ? 

 

Une question soulevée par Ségolène Roya, doit être résolue: la coprésidence de l’après-COP21 et du Conseil constitutionnel par Laurent Fabius. Si la Droite et le Centre ne commettent pas trop d’erreurs, Hollande vient de leur donner les clefs de l’Elysée en 2017 à cause d’un remaniement qui manque de pêche et de souffle politique, même si je reconnais, comme d’habitude, que le Président est stratège et intelligent académiquement (HEC, Sciences Po, ENA) par ses parchemins universitaires et par son équation personnelle dans l’espace politique français.