Emmanuel Macron vient de casser la baraque socialiste.  Les rapports entre Emmanuel Macron et le Premier Ministre Valls sont cordiaux mais  violents car le Premier Ministre ne supporte pas la manière de faire d’Emmanuel Macron qui joue en solitaire alors que les difficultés de la France nécessitent que l’appartenance à une équipe implique une discipline dans la façon de faire.

 

Emmanuel Macron passe outre les Etats d’âme de ses collègues du #Gouvernement et surtout ceux du Premier Ministre car sûr de son intelligence, de sa compétence professionnelle, il a choisi, contre toute attente, de lancer le mouvement En Marche (en accord, on peut le penser, avec François Hollande) qui, de façon subtile, reprend son prénom et son nom : En  pour Emmanuel et Marche pour Macron. La Gauche socialiste a beau railler l’attitude du Ministre Macron, celui-ci n’en a cure car il est sûr du soutien du #Président de la République, du patronat français et d’une grande partie des militants à Gauche qui ne savent plus à quel leader politique donner leurs votes. E.Macron casse tous les codes classiques des partis politiques traditionnels. Il se soucie très peu de ce que pensent le Premier Ministre Valls et des autres membres du gouvernement. Droit dans ses bottes à la manière d’un Juppé, il fonce vers son destin qu’il pense très grand en aidant François Hollande à se faire réélire en 2017 et en se projetant plus loin en 2022 et au-delà pour ses propres intérêts. Le phénomène Macron n’est pas très bien compris par la Gauche politicienne classique, débordée à Droite et à l'extrême Gauche et incapable de construire un projet qui fasse la synthèse entre les principes de Jaurès et l’émergence d’une société technicienne dans laquelle domine des rapports de force nouveaux, grâce ou à cause des nouvelles technologies et d’une approche nouvelle de la politique nationale et mondiale (conflit en Syrie, etc.).

 

Macron n’a pas de temps à perdre avec les états d’âme idéologiques, la désignation du Front National comme ennemi de la République, la division de l’espace social entre la Droite et la Gauche. Il capitalise sa plus value économique et fonce vers un destin qu’il pense le plus largement ouvert. A Gauche au PS on peut le critiquer, on peut lui trouver toutes les tares, on peut dire qu’il est tout seul, lui sûr de son intelligence, de son rayonnement médiatique prend le Parti Socialiste à contrepied et impose sa marque de fabrique car Macron est une marque à la différence de certains membres du PS qui ne sont que des professionnels de la politique et qui doivent leur existence professionnelle qu’à leurs mandats électifs. Il reste au Parti Socialiste à expliquer à Macron qui n’a plus rien à faire au gouvernement, qu’il doit démissionner, alors que dans le même temps Hollande a besoin de lui et continue de penser que son jeune Ministre de l’économie est favorable aux réformes (travail le dimanche, travail du soir, autocars Macron, valorisation de l’individu en tant que modèle entrepreneurial).

 

Macron perturbe la Gauche. Il lui reste maintenant à construire des divisions, à montrer qu’il est compatible à Gauche et à Droite et à disputer intelligemment au Premier Ministre Valls la volonté de rénover la vie politique à Gauche et éventuellement en France. Après les régionales le Premier Ministre Valls voulait créer une maison de progressistes allant de la Gauche en passant par le Centre, jusqu’aux LR modérés. L’initiative a été un flop, Macron essaie d’en récupérer le fond en changeant le format. Pourra-t-il réussir ? Le nouveau Macron est arrivé (comme le beaujolais nouveau avec quelques mois d'avance), il agace, fait peur, il énerve. Le Macron est-il un feu de paille ou un phénomène durable dans la société française ? #Élections