Sans le dire, le Président Hollande prépare sa candidature à l’élection 2017. Du côté du chômage les nouvelles sont bonnes, même si les opposants au Président Hollande trouveront toujours à redire. Il faut se souvenir que Hollande avait conditionné sa participation à l’élection présidentielle en 2017 à une baisse significative du nombre de chômeurs. Sa politique du CICE, les emplois aidés et sa foi « positive » dans le bon déroulement des évènements commencent à donner les premiers résultats favorables à son deal avec la société (se représenter uniquement en cas de baisse importante du nombre de chômeurs). En attendant la décision de Hollande, celui-ci et son Ministre de la Défense, Le Driant, parcourent le monde en vendant le savoir-faire technologique et militaire français.

 

 

Le Président et son Ministre de la Défense sont considérés dans la 5ième République comme les meilleurs vendeurs des armes, des navires, des avions et des sous-marins français au reste du monde. Assez paradoxalement, la Droite républicaine et les Gauches ne félicitent pas le Président Hollande alors que la réalité est là, implacable. Si le Droite ne réagit pas, essayons d’explorer les raisons pour lesquelles les Gauches ne félicitent pas le Président en s’opposant, soit de manière frontale, soit de façon beaucoup plus subversive à Hollande. On peut être de Droite, comme je le suis (car ancien conseiller municipal UMP/Les Républicains de ma ville d’Alfortville de 2008 à 2014) et reconnaitre un certain nombre de mérites au Président Hollande sans en attendre des retours en termes de position professionnelle. Cela méritait d’être précisé, car dans notre pays on a beaucoup de mal à être comme les responsables politiques allemands qui travaillent ensemble malgré leurs appartenances politiques diverses (CDU et SPD).

 

 

Le Président Hollande doit faire face au harcèlement de ses Gauches plurielles. Il y a la Gauche réformatrice, celle de Valls et de façon inattendue de Macron qui estime que les réformes ne vont pas assez vite à cause du logiciel mental figé d’une partie de la Gauche socialiste traditionnelle. Pour des raisons de positionnement, Macron et Valls sont obligés de rester collés aux décisions et à l’action du Président Hollande. Il y a la Gauche contestataire, celle de Mélenchon et d’une grande partie du NPA (nouveau parti anti capitaliste) qui ne reconnait pas l’autorité de Hollande en estimant que celui-ci a trahi les idéaux du peuple de Gauche (lequel ?). Il y a la Gauche frondeuse et étatiste, voire conservatrice, de Martine Aubry qui estime que Hollande n’est pas à la hauteur des espoirs voulus par le peuple de Gauche pour changer la société. Il y a une Gauche « kaléidoscope » dans laquelle on retrouve les Verts, Montebourg, certains libéraux qui pensent que le #Président de la République offre la part belle aux entreprises et au MEDEF en ce qui concerne les décisions économiques. C’est vrai de la loi Khomri, mais c’est aussi vrai du CICE car le Président Hollande n’a pas vendu le CICE au MEDEF sur la base du donnant-donnant. Cette Gauche kaléidoscope et la Gauche frondeuse estiment que la société française est perdue parce que le Président Hollande a introduit des faux débats comme celui de la déchéance de nationalité et que ce n’est pas digne des valeurs de Gauche.

 

 

Le Président Hollande va se représenter, c’est sûr, mais au-delà de la compétition à Droite (primaires) qu’il attend avec gourmandise et satisfaction pour mieux caler stratégie, il devra apaiser toutes les Gauches qui estiment qu’il n’est pas, pour certaines d’entre elles (la Gauche frondeuse…) en légitimité pour les représenter en 2017. #Élections #François Hollande