En deux occasions, la Ministre de l'#Education Nationale, Najat Vallaud-Belkacem, s'est signalée par des sorties qui ont pu choquer. La première fois, elle a vidé une partie de l'hémicycle en répondant à une question d'un député Les Républicains (LR) par une énumération de ce qui n'avait pas été fait par le #Gouvernement de droite précédent.

 

 

On peut certes répondre qu'elle n'a pas totalement tort de critiquer la politique menée par Luc Chatel. Mais cela l'exonère-t-elle de répondre à des questions quant à la Réforme qu'elle porte ? Lors d'une autre séance, elle a fait part de son rêve d'un vrai débat serein tout en taclant une fois encore les Républicains.

 

 

Là, en tant qu'enseignants, on ne peut que rester pantois. Comprenez bien : 

Notre Ministre défend une Réforme qui est passée par Décret. Cela signifie qu'elle n'a pas fait l'objet d'un vote au Parlement ! De même, les décrets - encore des textes sans consultation des représentants du peuple à l'Assemblée - sont passés à des dates assez bien choisies, par exemple le 31 Décembre pour le décret changeant radicalement l'évaluation et le Brevet des Collèges. Nous ne savons pas avec qui ce décret a été discuté...

 

Notre Ministre refuse de discuter avec les syndicats qui ne sont pas d'accord avec elle. A l'Assemblée, elle explique à un adversaire politique son amour du débat, son rêve d'une discussion collaborative permettant d'avancer... S'agit-il d'un paradoxe à la limite de la schizophrénie, ou peut-on y voir quelque mensonge d'une spécialiste de la com ? Notre Ministre rêve, alors rêvons, nous aussi !

 

Rêvons qu'au lieu d'organiser des journée d'autosatisfaction sur la Réforme du Collège, notre Ministre organise un temps de discussion avec les organisations syndicales représentatives qui sont en désaccord total avec le texte qu'elle défend. Une discussion dans laquelle elle n'accuse pas les détracteurs de sa Réforme de vouloir une Ecole élitiste dans laquelle l'Egalité des chances n'est pas respectée. Rêvons qu'elle nous explique en quoi un Enseignement Pratique Interdisciplinaire sur Claude François va résoudre les inégalités et permettre aux plus en difficulté de réussir. 

 

Rêvons qu'au lieu de claironner que cette Réforme vient d'une consultation des enseignants, elle explique aux Français comment s'est faite, cette consultation : un questionnaire très bien orienté sur Internet n'est pas, à notre sens, une bonne utilisation de l'expérience engrangée par les professionnels de l'éducation qui sont en face des élèves chaque jour.

 

Rêvons enfin qu'elle accepte de nous expliquer comment la Réforme qu'elle défend, en diminuant le nombre d'heures d'enseignement vécues par les élèves, en remplaçant des heures de Français et de Maths par des heures d'Accompagnement Personnalisé (en classe entière) et des EPIs, en supprimant le redoublement (sauf si l'élève a été absent la majeure partie de l'année ET que ses parents demandent non plus le redoublement, mais le maintien dans la classe actuelle !), elle espère rester comme LA Ministre qui a sauvé l'Education Nationale.

 

Notre opinion est qu'en fait, en supprimant les notes, le redoublement, les connaissances, et en les remplaçant par des compétences vagues ou fumeuses évaluées dans des grilles interminables et absconses, on va casser tous les thermomètres, on va parvenir à cacher les difficultés, à mentir aux élèves et on va sacrifier une génération.

 

Réforme du collège : la confusion règne dans la cour de récré

Réforme du collège : ce qui attend les élèves en 2016 #Paris politique