En France, le #Gouvernement Socialiste dirigé par le Premier Ministre Manuel Valls croit aux réformes souhaitant libéraliser le marché du travail,  qui rapprocheraient le modèle de travail de la France de ceux d'Allemagne et du Royaume-Uni. Elles aideront ainsi à faire baisser le niveau obstinément élevé du chômage dans le pays, qui reste au-delà-de 10% (ces chiffes officiels - DARES, INSEE, Pôle #Emploi - excluent de fait les personnes radiées et celles qui ne font pas la démarche de s’inscrire à Pôle Emploi même si elles ne travaillent pas). Le gouvernement Valls voudrait relancer l'économie française souffrant de retrouver son souffle, et la reprise de l'activité économique en France reste encore faible et incertaine.

   

Selon les chiffres européens fournis par Eurostat en 2014, environ 1 français sur 5 vit sous le seuil de pauvreté ou d'exclusion sociale. Pour beaucoup d'économistes et sociologues, l'une des principales raisons de l'augmentation de la pauvreté dans les pays développés, est le raz-de-marée des changements qui ont eu lieu dans le milieu du travail. Aujourd'hui, les emplois à temps plein ont été progressivement réduits, laissant de plus en plus leur place aux emplois à temps partiel et aux droits de travail nettement réduits qui apportent souvent un salaire inférieur à 60% du SMIC français.

 

Les réformes du projet de Loi Travail ont plongé la France dans un chaos de grève cette semaine, et paralysé les stations services et même les centrales nucléaires. #François Hollande et son gouvernement mené par Valls visent à "simplifier et relaxer le droit du travail" du pays, principalement en donnant aux entreprises privées des marges de manœuvre sur leurs décisions d'embaucher, de licencier, sur la paie et les heures de travail en fonction de la conjoncture économique, plutôt que d'être limités par les conventions collectives et les comités d'entreprise.

 

Pendant ce temps-là, la France se prépare à accueillir l'Euro 2016 dans deux semaines, et les touristes du monde entier vont trouver en arrière plan une image de la France pas si idéale : des grèves et des pénuries de carburant, une paralysie presque totale des transports, un pays menacé par le terrorisme dans un "état d'urgence", tout cela attisé par un climat de tensions accrues et de violence entre les policiers et les manifestants.

 

Même aujourd'hui 27 Mai, lendemain d'une mobilisation générale, Hollande affiche sa fermeté face aux opposants au projet de loi de réforme du code du travail, qui, pour leur part, ont appelé à "amplifier les mobilisations".