L’économie mondiale chancelle et cela n’est pas sans conséquences sur les économies nationales : élévation du taux de chômage des jeunes, détérioration rapide des conditions de vie, inflation des prix des denrées de première nécessité. En effet, au regard des aspirations populaires croissantes, on serait tenté de dire par de nombreux problèmes, jusque-là insolubles, par l’insatisfaction sans cesse grandissante, les cris de détresse de plus en plus audibles, les signes de découragement, d’angoisse et de désespoir de plus en plus visibles, que rien n’y fait, rien ne bouge.

 

Chose pas facile encore, la nature, sans y avoir été invitée, s’offre le luxe de donner la pluie en son temps et le soleil à contretemps, portant ainsi un grand coup à la production. Et alors, la morale recule, la faim avance, on casse, on calomnie, on assassine, on se prostitue, on démissionne de ses obligations familiales, on tue à coups de trahisons, on veut, tôt le matin, noyer son chagrin dans le vin.

 

Mais la paix survivra au #Cameroun, avant, pendant et après les élections présidentielles. En effet, le Cameroun, sans être en marge du monde, voudrait se désolidariser de cette violence qui fait actuellement la mode sur le plan international. L’Association Camerounaise pour les Nations Unies, en soutien aux idéaux de paix et d’unité, de sécurité et de stabilité, de démocratie et de développement, affirme et entend réaffirmer aux cotés des institutions républicaines, et rappeler avec Son Excellence Paul Biya, Président de la République, que : «Si le développement national reste le but de notre mission, l’unité nationale en constitue le fondement. Face à l’évidence et à l’étendue de tout ce qui nous reste à faire, il est par conséquent de notre devoir à tous de combattre tout ce qui tend à détruire ce que nous avons construit, ce que nous construisons et ce que nous voulons construire…». C’est pourquoi, dans cette perspective, elle veut mobiliser 2035 volontaires à travers l’étendue du territoire en vue d’édifier, d’entretenir, de maintenir les populations, dans un climat de confiance, de fraternité, de solidarité et d’unité.

 

C’est indéniable, le Cameroun trône sur le monde par la culture de la paix. La paix règne au Cameroun par la culture de la tolérance. La paix règne dans le cœur de tous les camerounais par leur propension à la patience, cette patience qui supporte tout parce qu’elle a confiance aux promesses de l’espérance qui est attachée à sa foi, en l’émergence du Cameroun à l’horizon 2035. Le Cameroun est le pays qui a fait de ses différences des sources de richesses et qui doit servir à ce titre d’exemple au monde. C’est pourquoi la campagne des Députés Juniors des Nations Unies, partagée par Miss Nations Unies du Cameroun et intitulée «Je m’engage pour la paix. Et toi ?» a débuté à Bamenda ce 23 Avril, et s’est poursuivie à Ebolowa le 30 Avril 2016, avec la participation de près de 1700 jeunes au total. Elle va se poursuivre dans toutes les régions du Cameroun et même dans la diaspora. Elle se veut ainsi être une contribution de la volonté populaire, et surtout de la jeunesse camerounaise, pour les Nations Unies, à la préservation de la paix en république du Cameroun. C'est ce qu'encourage la résolution 2250 du Conseil de Sécurité des Nations Unies.

 

Vivement que le challenge soit celui de tout le monde car, selon le Secrétaire Général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, nous devons tous promettre de «faire de la paix, non pas seulement une priorité, mais une passion. Engageons-nous (donc) à redoubler d’efforts, où que nous soyons et de quelque manière que ce soit, pour faire de chaque journée (au Cameroun et dans le monde), une journée de paix». 

 

Sortie littéraire : le nouveau livre de l'auteure Odile Ariane Pahai Langa

L'audiovisuel africain revu par un spécialiste du nom #Facebook #Internet