Le citoyen que je suis, épris de liberté et de démocratie, pense, qu’à un moment ou à un autre, la violence légitime, monopole de l’Etat, théorisée par le sociologue Max Weber, doit s’appliquer de façon claire aux casseurs. Face à des manifestions légitimes contre la loi El Khomri, les casseurs profitent de l’incertitude créée par cette situation, pour casser. Les casseurs sont identifiés, les reportages montrent des jeunes gens ou des personnes considérées comme bien insérées dans la société et venant de toute l’Europe, qui expriment leur colère. Pour une fois, ce ne sont pas les enfants d’immigrés, ni les Français de parents d’origine étrangère et assimilés, à tort, à des immigrés. La décoration du policier Kevin qui a fait face aux casseurs sans perdre son sang froid et sans utiliser son arme, récompense le courage d’un adjoint de sécurité qui a échoué à son examen d’entrée dans la police, et qui, par sa réaction, a montré que le diplôme n’est qu’un parchemin ; la réalité humaine c’est le courage. Il faut, puisque le Ministre de l’Intérieur en a l’autorité, intégrer Kevin dans la police pour acte de bravoure. Il y a bien des Ministres ou des élus qui, ayant perdu leur mandat, sont intégrés dans les grands corps des administrations de l’Etat au nom de l’acte unilatéral d’une décision du Premier Ministre ou du Président de la République. Monsieur le Président, pas de chichi, faites de Kevin, le policier kung-fu, un véritable policier républicain.

 

Allons à l’essentiel. Pourquoi le gouvernement craint-il d’être plus ferme face aux casseurs ? Pourquoi laisse-t-il un certain nombre de députés Républicains proches de l’extrême-droite et sécuritaires épouser les thèses de Marine Le Pen sur les notions nauséabondes portant sur le rejet des immigrés comme responsables de la violence et du désordre, alors que toutes les images montrent le contraire et qu’on trouver très peu, voire pas du tout, de faces basanées (je reprends la description courante en France pour désigner les hommes et les femmes dits  de « couleur »). Monsieur le Président, il y a un temps pour la synthèse, mais il y a un autre pour prendre ses responsabilités, ce que vous faites parfaitement pour défendre la France à l’extérieur (au Mali, en République Centrafricaine, un peu au Moyen-Orient), mais on a l’impression que, sur le plan national, il y a des hésitations. Votre intervention sur Europe 1 pouvait laisser augurer une reprise en mains de la situation sociale et politique. On a l’impression que ce n’est pas le cas et le Ministre Cazeneuve est dé plébiscité dans les sondages, lui qui avait été longtemps au firmament de ceux-ci. Passez à la télévision Monsieur le Président, tapez du poing sur la table (même si ce n’est pas votre caractère) et exigez que la récréation soit terminée. C’est à ce prix que Kevin sera fier d’appartenir à la République et à la police au sein de laquelle il va exercer son métier.

 

Merci Monsieur le Président de tout faire pour que, nous citoyens Français, essayons de retrouver la paix sociale. La France n’est pas en feu, la France n’est pas attaquée, mais on ne peut pas accepter les images que l’on a vu concernant la voiture des policiers, c’est inadmissible et inacceptable que l’on puisse lancer un fumigène dans une voiture de police. Heureusement que certains de nos concitoyens restent quand même humains car ils sont venus au secours de la policière et ils se sont interposés entre Kevin et certains casseurs qui continuaient à le frapper. Retrouvons l’esprit de janvier et de novembre quand nous étions tous derrière notre police nationale. Je suis de Droite, Républicain, j’admire votre politique sur le plan extérieur, je ne change pas de camp, j’ai toujours admiré votre intelligence académique, mais pour une fois, Monsieur le Président, avec tout le respect dû à votre fonction, permettez-moi de ne pas être d’accord sur la façon de gérer, avec le Ministre Cazeneuve,  les casseurs qui troublent la paix sociale et les manifestations. #Union Européenne #François Hollande #Gouvernement