Les urnes britanniques ont parlé : Le Royaume Uni se désengage de l’#Union Européenne des 28 états membres. Dont acte ! Le Président De Gaulle, lors d’une conférence de presse légendaire en 1963, l’avait prédit en ce temps. Déjà, à l’époque, la Grande Bretagne posait des conditions protectrices et a toujours refusé d’adopter l’euro, préférant battre sa monnaie en livres sterling.

 

Les conséquences à prévoir sont nombreuses et inquiétantes : internes, politiques, économiques, financières, géo-stratégiques.

 

  • Internes : toutes les composantes du Royaume Uni ne partagent pas ce Brexit, et souhaitent rester dans l’Union Européenne en réclamant leur désolidarité du Royaume Uni, donc leurs indépendances par référendum. C’est le cas de l’Ecosse, de l’Irlande du Nord, bientôt peut-être du Pays de Galles. L’implosion du Royaume devient-elle possible ? Quid du Commonwealth ? Quid du rayonnement mondial de l’Empire ? Quid de la crédibilité et de la solidarité de l’Union Européenne ?

 

  • Politiques : L’Europe s’afflaiblit d’un pays puissant, influant, respecté et d'un partenaire commercial important. Attention à l’effet "domino" qui peut séduire d’autres membres (dont les pays scandinaves). L’Europe - aujourd’hui de 27 membres, risque de nouveaux abandons, de nouveaux retraits, de nouvelles scissions.

 

  • Economiques : la livre va sûrement être dévaluée (rendant nos exportations plus onéreuses), et la célèbre City perdra de sa superbe.

 

  • Financières : de toujours, le monde de la finance n’aime pas les incertitudes, les turbulences, les changements de donnes. De nouvelles crises boursières dans le Monde sont probables, entraînant des chutes de cours avec leurs conséquences néfastes pour la confiance des investisseurs.

 

  • Géo-stratégiques: le Monde entier nous observe, découvre les failles et la fragilité de cette Union parfois contre-nature, réunissant des états souvent si différents, qui pourrait rejoindre le destin de l’ex URSS, fabriquée à la hâte sans réelle cohésion culturelle, politique, économique et parfois même géographique.

 

La conclusion est évidente mais sans doute longue et fastidieuse à ingérer, sûrement politiquement compliquée à résoudre : Il nous faut rebâtir l’Europe sur de nouvelles bases. Plus transparentes, moins dispendieuses, plus intègres, moins technocratiques, moins bureaucratiques, plus respectueuses des Nations membres et de leurs cultures foncières. Bref, une Europe réellement voulue et acceptée par les Peuples.

 

"Vaste programme", a dit en son temps un Président visionnaire. A vous, messieurs les politiques de tous bords, de prouver votre intelligence, votre cohésion, votre probité et vos convictions européennes. On vous regarde ! L’Europe est morte ? Vive l’Europe !

 

Melons et pêches, quelques mois d’été en Provence…

Brexit : les Britanniques ont consommé un produit avarié : la souveraineté nationale

#Élections #Royaume-Uni