En France, la régence est un régime politique où, une autre personnalité, autre que le roi, exerce le pouvoir monarchique à la place du souverain, encore mineur, et trop jeune pour gouverner. La régence prend naturellement fin à la majorité du jeune monarque qui récupère alors tous ses pouvoirs, jusque-là exercés par ricochet. Dans le système républicain, on peut comparer la régence à l'intérim. Quant à la polysynodie, elle désigne, littéralement, la politique de plusieurs synodes, c'est-à-dire, le #Gouvernement des conseils, en lieu et place d'un ministre.

 

Aujourd'hui, en observant la scène politique française, deux personnalités politiques, - Bruno Lemaire et Emmanuel Macron – convainquent de l'intérêt de la régence et de la polysynodie.

 

Deux hommes politiques que tout sépare, mais que tout unit. 

A vue d’œil, rien de commun entre Emmanuel Macron et Bruno Lemaire. L'un, Emmanuel Macron, est un homme politique de Gauche, Ministre du gouvernement actuel. L'autre, Bruno Lemaire, est un homme politique de Droite, dans l'opposition. Il est candidat aux primaires de son parti Les Républicains. Et pourtant, ces deux hommes ont en partage :

- le fait d'être jeunes

- le fait de ne pas ménager les susceptibilités à leur prise de parole.

 

Malgré ses cheveux gris, Bruno Lemaire ne se voit pas vieillir, il ne voit la vieillesse que chez les autres. 

Alors que Bruno Lemaire grisonne, il se prend pour l'enfant né d'hier, encore dans le berceau. En écoutant Bruno Lemaire, on a l'impression qu'il suffit d'être jeune pour mieux diriger la France ou pour mieux faire de la politique. A chaque fois qu'il prend la parole, c'est pour brandir le critère de l'âge. Donc, il stigmatise les plus âgés. Et voilà comment l'âge est devenu un facteur discriminant, une arme redoutable, aux mains de Bruno Lemaire contre ses adversaires politiques. Et dire que ces anciens sont les constructeurs de notre société d'aujourd'hui !

 

"La jeunesse n'est pas une carrière", dixit Houphouët-Boigny. 

Houphouët-Boigny le disait, nous le citons : "la jeunesse n'est pas une carrière". Le candidat des primaires chez Les Républicains a là une grande leçon de vie pour savoir que tout est passager. Même la jeunesse. Et quoi qu'il advienne, la vieillesse nous arrivera à tous, y compris lui-même. Sauf la mort nous en fait échapper.

 

Emmanuel Macron et ses bourdes.

En France, Emmanuel Macron nous a habitués aux dérapages, de sorte que tout citoyen va maintenant au lit tous les soirs en se demandant quel sera le prochain dérapage du Ministre Macron le lendemain. Plein de fougue, de vitalité et d'audace, l'homme politique français multiplie les écarts de langage, et finit même par agacer ses admirateurs d'hier. Sa dernière sortie sur "les costards" a été jugée vexatoire par plusieurs citoyens. Certains lui reprochent son manque de modestie, quand d'autres ne reconnaissent plus en lui un homme de gauche.

 

Emmanuel Macron a la connaissance livresque, il lui manque l'expérience de la vie.

Il ne fait pas de doute que le Ministre de l'Economie est un brillant universitaire. Non plus, personne ne peut remettre en question ses aptitudes intellectuelles dans le domaine économique. A ce sujet, les témoignages de ceux qui le connaissent sont assez éloquents. Et pourtant, comme Bruno Lemaire, ils font face à un obstacle : leur jeunesse, leur immaturité.

 

Ils sont pressés de gouverner la France. 

Et pourtant, leur langue fourche trop souvent, preuve qu'ils sont trop jeunes pour exercer le pouvoir présidentiel. Certes, Messieurs Macron et Lemaire sont jeunes, intelligents, talentueux, dynamiques et motivés. Mais cela ne suffit pas pour leur confier les destinées de la France ; en l'espèce, le danger de nombreux incidents diplomatiques nous guetterait de l'extérieur, et le conflit social serait aggravé de l'intérieur. Sauf à envisager sous leur gouvernement, la régence ou la polysynodie ; bien entendu. Comme quoi, si jeunesse savait, si vieillesse pouvait ! #Finances #Histoire