Mohamed Ali s’en est allé à 74 ans, après avoir souffert trente ans de la maladie de Parkinson. Né en 1942 à Louiseville dans le Kentucky, Cassius Clay s’est converti à l’Islam en 1964. En 1960, il est médaillé d’or aux jeux olympiques. En revenant aux Etats Unis, on lui ferme la porte d’un restaurant et de nombreux cafés aux motifs que c’était un nègre, a nigger, comme l disait lui-même. Il a pris sa médaille et l’a jetée dans le fleuve. C’est à ce moment-là que commence la prise de conscience de l’un des boxeurs et de l’un des hommes politiques et communicants du monde. En 1967 il refuse d’aller combattre au Vietnam car il pense, et il le dit, qu’aucun Vietcong ne l’a traité de nègre.  Il a été déchu de ses droits civiques et conduit en prison.

 

Au-delà de Cassius Clay, c’est d’abord la prise de conscience des inégalités raciales aux Etats Unis dont les Noirs étaient les principales victimes (à un moment où le débat fait résonance en France avec la sortie médiatique de Cantona/Benzema/Debbouze sur le #Racisme). Son combat était clair, embrassant celui du pasteur noir Martin Luther King et de l’intellectuel Malcom X. Entre les balles et les bulletins de vote pour faire exister le combat des nègres aux Etats Unis pour les droits civiques, les panthères noires (Black Panthers) ont choisi les balles et d’autres comme Cassius Clay ont préféré la boxe et les bulletins de vote. Pour le monde blanc, c’était une surprise, un spectacle de voir qu’un homme noir pouvait ouvrir sa grande gueule dans un univers blanc alors que le nègre était confiné aux basses besognes et à l’esclavage. Ainsi va l’évolution du monde et des mœurs.

 

Cassius Clay a beaucoup fait pour la cause noire, tout comme Rosa Park, la petite négresse qui dans les années 1950 avait refusé de se lever et de céder sa place à un blanc parce qu’elle était noire. Mohamed Ali est resté longtemps au sommet de son art. En allant combattre contre Foreman en 1974 à Kinshasa, l’acte de Mohamed Ali était politique avant d’être sportif. Pour la première fois un combat entre deux noirs était organisé par des noirs avec comme principal bailleur de fonds un autre noir, Don King, et tout ce monde là s’est retrouvé en #Afrique, dans l’ex-Zaïre devenu République démocratique du Congo. En recouvrant ses droits grâce à la Cour suprême dans les années 1990, Cassius Clay a obligé les Etats Unis à se regarder en face. Mohamed Ali était la conscience mondiale de la lutte pour les droits civiques des noirs, il était contre les guerres inutiles des Etats Unis à l’étranger et grâce à son action il a permis la libération de 15 soldats américains par Saddam Hussein dans les années 2000.

 

Voilà, de manière courte, le combat de celui qui piquait comme une guêpe, se déplaçait à la vitesse de l’éclair sur le ring et couvrait de quolibets ses adversaires. C’était un as de la communication et c’est lui qui a ouvert la boxe au business boxing, ce dont les milliardaires de la boxe comme Mike Tyson peuvent le remercier. C’est grâce à la lutte initiée par Rosa Park, Martin Luther King, Malcom X et Mohamed Ali qu’Obama a pu devenir le premier noir Président de la République. C’est aussi grâce à Cassius Clay que demain Madame Clinton deviendra peut-être la première femme Président des Etats Unis car la lutte pour la libération des femmes était aussi inscrite dans l’agenda de Mohamed Ali. Salut grand bonhomme, salut grand frère, repose en paix et que la terre te soit très, très légère. Grâce à toi les noirs américains ont fait du chemin, ils ne contentent plus d’être de simples boxeurs, ils sont devenus des grands capitalistes, des metteurs en scène, des professeurs d’université, des prix Nobel de littérature, mais ils souffrent encore d’inégalités sociales et raciales. Grâce à toi la lutte continue pour les noirs américains, mais aussi pour tous les autres noirs qui sont ostracisés dans le monde. Salut l’artiste et bon vent. Ta belle gueule restera dans le module mondial « black is beautiful ». #Etats-Unis