Les mouvements sociaux, le #Terrorisme et les hooligans plombent l'ouverture de l'Euro 2016 de #Football. Ces trois risques ont forcé la France à mettre en place un dispositif de sécurité sans précédent dans tout le pays, alors que le championnat d'Europe de football bat son plein depuis vendredi dernier.

 

Sept mois après les attentats de Novembre 2015, le pays n'arrive plus à trouver son calme en ce qui concerne l'Islam radical. Les forces de l'ordre sont énormément sous pression physique, voire émotionnelle depuis la mort d'un policier et de sa compagne, le lundi 13 Juin, chez eux à Magnanville, dans les Yvelines, par un terroriste se revendiquant comme appartenant à l'Etat islamique. Le plus effrayant et barbare dans ce double meurtre est que cette revendication a eu lieu en direct sur "Facebook Live" en mettant en ligne les photos de ses victimes.

 

Le #Gouvernement, mené par Manuel Valls, vient de demander à la CGT d'arrêter de manifester. Néanmoins, on est loin de voir un accord total entre les syndicats et le gouvernent sur la loi Travail, et le bras de fer continue sa route. La manifestation du mardi 14 Juin a tourné au vinaigre à Paris, faisant une quarantaine de blessés, et a fait l'objet de plusieurs interpellations sur l'ensemble de la France, avec quelques voitures brûlées. Cette fois, des magasins ont été pillés et un hôpital pour enfants a été saccagé.

 

En même temps, le témoignage choquant d'un hooligan russe, qui a participé aux bagarres dans le Vieux-Port à Marseille, a fait le tour du monde. Il admet qu'il a voyagé en France sans se procurer de billets pour regarder les matchs, mais seulement pour se battre contre les Anglais. En raison des affrontements violents qui ont lieu à Marseille, la Russie a été sanctionnée et sera disqualifiée en cas de nouveaux incidents.

 

L'attention de tout le monde est portée dorénavant sur les matchs opposant Russie et Slovaquie mercredi 15 Juin (à Lille) et l'Angleterre face au Pays de Galles jeudi 16 Juin (à Lens).  A Lille, un dispositif important de forces de police et de services d'urgence va être déployé dans toute la ville, craignant qu'une nuit d'affrontements très violents puisse se produire, vu que 15000 supporteurs Russes ont commencé à arriver dans la ville. Par mesure de sécurité, les bars à Lille fermeront à minuit.