Lors du meeting des Ghjurnate Internaziunale le 07 Août 2016 à Corte, le Président de l'Assemblée de #Corse Jean-Guy TALAMONI a prononcé le discours de clôture face à une foule de tous horizons massée dans les fossés de la citadelle. Si il avait été fortement critiqué par sa prise de parole en langue corse lors de son investiture, il a panaché corse et français pour une allocution précise, ambitieuse, à destination de tout le peuple corse. Déterminé comme jamais aucune personnalité ne l'a été à la tête de cette région, il a su avoir un mot, une idée, une exigence pour chaque contour de son île. C'est donc sans surprise, qu'il a appelé les Corses à faire confiance aux élus nationalistes et indépendantistes qui depuis 6 mois multiplient les prises de position, bousculent les mentalités clanistes et démontrent une réelle volonté d'aboutir sur des dossiers enlisés jusqu'alors.

 

"Nous nous donnons cinq ans pour changer radicalement les choses dans ce pays...

Personne ne bouge, l'assistance est attentive, aucun mouvement de foule sur le départ, la journée a pourtant était dense à la tribune. Jean Guy Talamoni prend son temps, chaque mot retentit en ce lieu symbolique. Il évoque ainsi les quartiers et la nécessité de mailler le territoire "rural et urbain" et fait de la culture et du numérique la clé d'un tel enjeu. L'enseignement et la formation doivent être les outils pour développer les "bases d'une société apprenante". Bien évidemment, c'est sans surprise que les dossiers stratégiques ont été abordés. La Corse rencontre régulièrement des soucis au regard des transports, la desserte de l'île est souvent chahutée par des mouvements sociaux. Revenir à une stabilité est le vœu de cette majorité, aérien et maritime, chaque domaine est discuté. La Corse a aussi connu ces dernières années des crises dans la gestion des déchets. Un retard est remarqué dans ce dossier tant en matière de tri que de traitement. Les associations de l'environnement, les riverains, les politiques se sont opposés tantôt aux casiers d'enfouissement, tantôt à l'incinérateur, et des blocages ont rendu nauséabondes les rues des principales villes de Bastia et Ajaccio. La population, qui s'accroît fortement en période saisonnière, rend difficile ce dossier. Pour l'heure le tri semble le maître mot.

    

Un Président résolument positif !

Jean-Guy Talamoni a pris soin de développer le cadre économique en axant son propos sur les atouts de l'île en matière artisanales, agricoles et touristiques. Il y a une nécessité à rendre plus dynamique et plus pérenne des secteurs qui souffrent de la saisonnalité. Nul doute que la dernière enquête de l'INSEE plaçant 20% de la population corse sous le seuil de pauvreté engage sur une feuille de route exigeante. Enfin, les derniers dossiers évoqués ont été d'une nature très #Politique qui engagera les élus à se confronter à Paris puis à Bruxelles, afin d'obtenir toutes les dérogations au droit commun nécessaires à entériner un "Statut fiscal et social" pour tous les corses. Langue, corsisation des emplois, fiscalité tout y était. Si la volonté du duo SIMEONI-TALAMONI est de voguer vers de nouveaux rivages, Paris semble déterminé à réduire la voilure à son strict minimum, les mois à venir promettent d'être riches en débats... Les derniers mots de Jean-Guy Talamoni ont été cinglant : "en revanche, nous n'attendrons pas cinq ans pour établir les rapports de force politiques suffisants pour faire libérer nos prisonniers et cesser les poursuites contre les recherchés...". Le ton est donné. Aucun doute sur la détermination de cette équipe soudée à la tête de la Corse... Reste aux Corses à valider leur choix ? L'avenir le dira très rapidement.