La France est coincée et prise à son propre piège. Elle veut réformer l’Islam en obligeant les musulmans à accepter les principes de la République qui sont fondés sur la mixité, la liberté individuelle, la pratique de la religion dans un espace privé et le respect de la laïcité et de la citoyenneté dans l’espace public. Le problème est que notre pays est pris dans son propre piège car il ne sait pas dire et proclamer la véritable nature de la laïcité. Chaque Français interprète comme il le veut la laïcité républicaine qui, dans ses principes, établit une différence entre pratiques de la religion de façon individuelle dans l’espace privé et respect des comportements républicains dans l’espace public.

 

La République est fondée sur la citoyenneté et non le principe communautaire. Or, paradoxalement, la République accepte l’existence des communautés religieuses dans l’espace public, puisqu’il existe un Ministre de l’intérieur et des Cultes. La République refuse les communautarismes, c'est-à-dire les regroupements des populations françaises sur une base ethnique ou religieuse. Néanmoins, on peut constater que ces refus de la République n’interdisent pas ce qu’il advient aujourd’hui au sud de Marseille au nom de l’existence de l’espace privé. Les femmes musulmanes, au nom de la privatisation de l’espace, ont le droit de se baigner en excluant le sexe masculin âgé de 10 ans et plus. C’est une entorse à la mixité républicaine, mais c’est aussi, paradoxalement un respect de la laïcité qui n’a pas été re théorisée depuis 1905. Assez bizarrement, la République refuse les communautarismes mais elle accepte les communautés religieuses (ce qui est normal) et admet malgré elle l’existence des communautarismes (regroupements de populations en fonction de l’origine) dans certains territoires de France (Marseille, Saint Denis, etc.).

 

Je ne suis pas un moralisateur, je suis catholique mais je respecte mes compatriotes musulmans et je peux comprendre que, s’abritant derrière l’hypothèse de la privatisation d’un espace, les femmes musulmanes se baignent en burqa. Nous sommes en cœur du débat sur la reforme ou non de l’#Islam en fonction des attendus de la République. Les religions juives et chrétiennes ont intellectuellement admis la séparation de l’espace privé et public de la pratique de la religion. Le problème est que l’islam n’admet pas la séparation entre espace privé et public et vouloir réformer l’islam pour en faire un islam de France est un leurre, comme c’est un leurre de vouloir lutter contre la radicalisation des jeunes tentés par l’islamisme. On ne peut établir aucun concordat avec le culte musulman. On peut le souhaiter pour des raisons politiques, mais on risque de se heurter très vite à des contradictions liées au fait qu’il n’y a pas un islam mais des islams (sunnite, chiite, et autres) qui ont des principes de fonctionnement différents les uns et des autres.

 

Réformer l’islam va être un long chemin car il faudra mettre en perspective la réforme de la laïcité. Les autres débats ne sont que politico-idéologiques et valables pour les élections politiques futures en France. Cette non réflexion approfondie des autorités publiques peut entraîner des déséquilibres profonds au sein de notre société et mettre  en péril le vivre ensemble tant aimé par nos hommes politiques de Droite et de Gauche, et non réellement théorisé. #Union Européenne #François Hollande