Qui sont ces jeunes visages derrière la marque "Trump" synonyme de réussite ? La dynastie Trump, cette armée milliardaire et indestructible qui aime vanter ses richesses et ses privilèges veut apparaître plus que jamais soudée à quelques mois des élections. Cette tradition typiquement américaine qui consiste à faire participer sa famille à la campagne présidentielle est une façon de susciter la sympathie du public. En ce qui concerne le clan Trump, l’impact de la famille prend une tout autre ampleur à coup dabattage médiatique. En tant qu'héritiers de l’empire familial, les enfants sont mis en scène et monopolisent les médias avec le même credo : si c’est made in Trump, alors ça marche.

Une machine à gagner

Pour projeter une image de succès à tout prix, le magnat de l’immobilier a su dégainer l’arme suprême qui fait mouche auprès de l’électorat ultraconservateur, des enfants admirateurs et reconnaissants à l’égard d'un père bienfaiteur tout puissant. Sagement postés derrière leur père, les enfants écoutent, acquiescent et applaudissent. A travers leurs comptes Twitter respectifs mis au service de la campagne du milliardaire, chacun y va de son discours pour vanter les mérites du père dans l’espoir d’estomper l’image peu lisse du candidat.

Trump a eu 5 enfants issus de ses mariages avec trois mannequins : Ivana, Marla et, sa femme depuis 2005, Melania. Plutôt discrète durant la campagne de son mari jusqu’à son célèbre discours plagié à la tribune de la convention de Cleveland, cette dernière est loin d’avoir autant d’impact politique que les trois enfants aînés.

Le trio infernal

Présents lors de la convention républicaine à Cleveland, les trois enfants aînés sont le véritable atout com’ de Trump si ce n’est le moteur principal de sa campagne. Très impliqués, ils sont partout pour afficher un soutien indéfectible à l’entreprise Trump. Ils étaient déjà plus ou moins connus du grand public pour leurs apparitions régulières dans The Apprentice, une émission de télé-réalité consacrée à #Donald Trump créée en 2004. Les trois trentenaires sont vice-présidents de la société de leur père, la Trump Organization.

  • Ivanka Trump, le maillon fort Issue du premier mariage de Trump, cet ancien mannequin a 34 ans, soit 11 ans de moins que sa belle-mère. C’est elle qui prend la parole le plus souvent pour épauler son père. Elle a notamment tenté de vanter les qualités féministes du candidat républicain pour redorer une image ternie par ses nombreux commentaires sexistes et dérapages réguliers sur les femmes. 

  • Donald Junior, l’aîné A 38 ans, l’aîné de la fratrie, issu lui aussi du premier mariage de Trump père, a perpétué la tradition familiale en épousant à son tour un mannequin. Il a fait parlé de lui récemment pour avoir participé à un programme radio ultraconservateur accompagné de James Edwards, un suprémaciste blanc.

  • Eric Trump, le chasseur Dernier enfant issu du premier mariage de Trump, Eric a 32 ans et comme son père et son grand frère, il est marié à un mannequin. Peut-être le plus discret du trio, il s’occupe des vignobles de la famille et joue un rôle de conseiller dans la campagne de son père. Amateur de safaris de mauvais goût que certains qualifient de braconnage, il est pointé du doigt pour avoir chassé des espèces protégées en Afrique en compagnie de son frère Donald Junior.

    La relève

  • Tiffany Trump, 22 ans Fille de Marla, la seconde épouse de Donald, elle s’est essayée au chant sans succès et a fait quelques apparitions médiatiques pour afficher son soutien à son père.