Le Président Sarkozy, pour lequel j’ai beaucoup d’admiration à cause de son énergie en politique et sa capacité à conduire les équipes, me laisse un peu sur ma faim. Je suis républicain, de Droite. A la différence de mes camarades LR qui ne prennent pas beaucoup de distance critique vis-à-vis des problèmes de société et qui ont peur d’avoir un point de vue différent de leurs dirigeants, j’ai un jugement sur les problématiques formulées par #Nicolas Sarkozy. Au moment où s’ouvre la campagne pour les #Primaires à droite, je choisis ici et maintenant de ne soutenir aucun candidat et d’attendre le résultat au mois de novembre pour apporter mon soutien au vainqueur des primaires. Je ne suis pas un passager clandestin, dans ma ville d’Alfortville comme ailleurs j’ai toujours milité pour l’unité. Les primaires constituent une mascarade pour les militants car il faut s’assurer qu’il n’y aura pas de tricherie et pas de complication pour désigner le candidat idoine.

 

Si c’est Sarkozy qui est retenu, je voterais pour lui mais néanmoins je ne suis pas un godillot le doigt sur la couture du pantalon. Un certain nombre d’entre nous souhaitons que le candidat Sarkozy s’exprime de façon très claire sur le rôle qu’il a effectivement joué dans la chute de Kadhafi, sous la houlette du grand frère américain Obama et du moyen frère Cameron. Si la participation de Sarkozy à la chute de Kadhafi est assurée, il faudra qu’il assume l’imputation qu’on lui fait d’avoir favorisé le développement des migrations venant de Libye vers l’Europe et la France. Si la participation de Sarkozy et de la France est avérée en Libye, il faudra qu’il nous explique en quoi la France est-elle disposée à apporter des leçons de morale et de démocratie aux autres pays du monde. Si c’est le cas, il faut être capable d’assurer le service après-vente et de ne pas claironner qu’on a renversé le gouvernement de Kadhafi sans avoir préparé l’après Kadhafi. Les Français ont le droit de savoir, nous ne sommes pas dans une démocratie bananière à l’Africaine. Le Président Sarkozy donne l’impression d’un candidat qui ramasse tout en allant de l’extrême Droite à l’extrême Gauche et on perd le fil de sa conduite quand on regarde ses actions et qu’on les soumet au gril de l’analyse politique.

 

Il y a un deuxième point qui laissent dubitatifs l’électeur et l’analyste politique, c’est celui de l’environnement. Comment après avoir organisé de façon politique et crédible le Grenelle de l’environnement en 2007, Sarkozy arrive-t-il à se déjuger en 2016 en disant que cela fait 4,5 milliards d’années que le climat change et que l’homme n’est pas le seul responsable, se déjugeant ainsi de façon remarquable et invalidant par la même les conclusions de la COP21 et de l’accord de Paris en 2015 sur la ratification.

 

Que va faire Sarkozy à propos de la loi Taubira ? Concernant cette loi, il y a une majorité nette qui se dégage, même chez #Les Républicains, pour considérer que la loi « Mariage pour tous » est une bonne loi. La plupart des électeurs républicains estiment que cette loi ne peut plus être changée car elle va dans le bon sens. Que fera Sarkozy si d’aventure il était élu Président ? On attend de lui qu’il dise aux Français et surtout aux électeurs LR avant les primaires s’il modifie ou non la loi Taubira.

 

Le Président Sarkozy est talentueux politiquement, mais on a toujours du mal à suivre sa force propositionnelle et son ancrage durable à Droite.   Certains le pense penché vers l’extrême Droite, pour ma part je pense que Sarkozy se cherche et rode son programme présidentiel.  Il faut qu’il accepte de ne plus voir en Hollande le seul candidat à Gauche qui lui fait peur, il y en a d’autres qui peuvent créer la surprise.