BVA a réalisé un sondage que Ouest-France, Le Populaire du Centre, et presque toute la presse régionale publie ce matin. Il a été réalisé sur la base de 774 votants assurant participer à la primaire des Républicains et de l'UDI (centre) au premier tour (les incertains représentants 6 %) et 798 (10 % ne s'exprimant pas) au second. Au premier tour, Juppé devance Sarkozy de quatre points, Fillon et Le Maire récoltant 11 % chacun, suivis par Kosciusko-Morizet (4), Copé (1), Poisson (parti de Christine Boutin) n'engrangeant lui aussi qu'un seul point. Au second, les reports sont nets : Alain Juppé serait désigné à 56 %, soit 12 points de plus que Nicolas Sarkozy.

Racolage en cours

BVA considère qu'un tiers de l'électorat français s'intéresse à cette primaire (63 % des sympathisants de droite, 30 chez ceux de gauche), mais la participation serait de 8 % seulement : 3,5 millions. Les sympathisants de Les Républicains sont les plus mobilisés, devançant les centristes mais aussi 11 % des sympathisants du FN et 3 % de ceux de Debout la France... Mais aussi 13 % des sympathisants de gauche pourraient être tentés de participer. Alain Juppé apparaît surtout porté par les centristes (Modem et UDI). Tandis que #Nicolas Sarkozy convaincrait 48 % des votants proches de LR. C'est chez eux que sécurité et identité française, thèmes de prédilection de l'ex-président, mobilise le plus. Tandis qu'en fait, globalement, croissance et emploi, fiscalité, retraites, éducation l'emportent (12 % pour la laïcité). Nicolas Sarkzoy doit donc s'employer à attirer des sympathisants LR et du FN. Il peut donc rattraper son retard sur Juppé. Mais pour redevenir président, ce serait une autre histoire : près de 30 % des votants à la primaire ne reporteraient pas leur voix sur un vainqueur qui leur déplait. Reste à savoir s'il s'agira de Juppé ou de Sarkozy...

Juppé en tête chez les 25-35 ans 

Juppé attire les CSP+ (cadres et autres), davantage les hommes, les 25-35 ans et les seniors. Sauf pour les femmes, c'est rigoureusement l'inverse pour Nicolas Sarkozy qui séduit les bas salaires et 47 % des votants n'ayant pas poussé leurs études jusqu'au baccalauréat. Par régions, les Alpes-Côte d'Azur et la Bretagne participeraient le plus, devançant la région parisienne (10 %), suivie de l'Aquitaine, de la Normandie et du Languedoc-Roussillon. Les autres régions (Pays-de-Loire, Grand Est, Nord, &c., se situant à 7 %). Pour Sud Ouest, « l'effet Gaulois » n'a guère profité à Sarkozy. Pour La Voix du Nord, au second tour, il n'y aurait du côté de NKM que 2 % de reports sur Sarkozy, 14 % côté Fillon. Côté Le Maire, c'est moitié-moitié, mais avec un tiers de votes blancs ou d'abstention. Un précédent sondage, remémoré par Le Berry républicain, donne, dans tous les cas de figure, hypothèse Macron incluse, Alain Juppé et Marine Le Pen s'affrontant au second tour des présidentielles. Autant voter « utile » à la primaire ? Donc Juppé. On verra aussi si Morano se prononcera pour Sarkozy ou pour Fillon. Tout comme Baroin, pour elle, c'est le tout sauf Juppé. Mais pour Bayrou, Juppé, c'est l'assurance du tout sauf Sarko. Et selon Jean-Marie Vanlerenberghe, sénateur Modem du Pas-de-Calais, beaucoup d'électeurs de gauche participeraient à cette primaire pour écarter Sarkozy. Juppé bénéficie aussi, selon le JDD, de la sympathie dont jouit de nouveau Jacques Chirac...

Juppé avec ses comités féminins

Ce sondage devrait convaincre Juppé de mettre en avant son épouse, Isabelle, et ses comités de soutien féminins. Il l'a déjà fait à Bordeaux hier. Entouré de presque 200 femmes, il a déclaré que l'égalité serait l'une des ses trois grandes nationales (avec l'écologie et la révolution numérique). Cette égalité, ajoute-t-il, est « l'un des marqueurs de la laïcité, des valeurs républicaines ». Il reprend l'idée d'un « grand ministère de l'égalité ». Il a aussi dédicacé son quatrième livre de campagne, De vous à moi, dans un centre commercial bordelais. Voter pour la primaire ne coûtera que deux euros. #Alain Juppé #Élections