Au vu des premiers sondages, ce premier débat ne semble pas avoir beaucoup bouleversé les intentions de vote.Tout au mieux, aura-t-il permis de conforter les électeurs dans leurs premiers choix. Alain Juppé est toujours largement en tête, suivi d'assez loin par Nicolas Sarkozy. Derrière se disputent toujours François Fillon et Bruno Le Maire pour la place de troisième homme. Le premier débat entre les sept candidats de la droite et du centre conforte la place de favori d'Alain Juppé qui est cité comme le vainqueur du débat dans deux enquêtes d'opinions réalisées par la Sofres (en ligne sur 625 personnes ; il obtient 35 % des voix) et Élabe (en ligne sur 885 personnes ; il obtient 36 % des suffrages).

Un boom d'opinions favorables

Le débat aura profité à la plupart des candidats qui observent leur cote de popularité augmenter de plusieurs points selon le sondage Sofres : 29 pour Jean-Frédéric Poisson qui passe à 37 % d'opinions favorables, 11 pour Jean-François Copé qui atteint 32 %, 10 pour François Fillon qui en compte 55 %, 6 pour Nathalie Kosciusko-Morizet qui passe à 54 %, 5 pour Alain Juppé qui monte à 74 % et 5 aussi pour Nicolas Sarkozy qui atteint 46 %. Seul Bruno Le Maire reste stable à 61 %. Sur les réseaux sociaux, les candidats ont relativement peu déçus. La qualité des échanges et l'unité de la famille politique ont été remarqués tandis que Alain Juppé, Nicolas Sarkozy et François Fillon ont confirmé leur statut de présidentiable.

La surprise de la primaire : Jean-Frédéric Poisson

Inconnu du grand public, le président du Parti chrétien-démocrate s'est fait remarquer pour son positionnement social, en défendant les syndicats et en faisant valoir son expérience professionnelle. Sa position sur la laïcité et son refus d'entrer dans le débat intégration/assimilation a aussi été appréciée. Le député des Yvelines a cependant été critiqué pour avoir affirmé que la "civilisation islamique pose problème à la République". Sur les réseaux sociaux, en tout cas, il a vu son nom être le plus recherché, largement devant celui de Nathalie Kosciusko-Morizet. Confirmera-t-il lors du second débat prévu le 3 novembre ? #Alain Juppé #lr #Élections