Reportée de vendredi à samedi 15 octobre 2016, la cérémonie en l'honneur des victimes de Nice en a gardé le même programme. Sur une colline de la ville des Alpes-Maritimes, les noms des 86 victimes sont égrainés alors que le dépôt d'une fleur symbolise chacune de ces absences. Les âges font froid dans le dos. La cérémonie, après la prise de parole émouvante d'une jeune femme ayant perdu six personnes de sa famille, avait été marquée par un moment d'une grande émotion. Debout, à côté d'un pianiste #Julien Clerc interprète la plus symbolique de ses chansons. Au fur et à mesure que le chanteur avance, certains politiques craquent. Les paroles sont fortes. Trop fortes dans ces circonstances.

Julien Clerc fait craquer les politiques de la commémoration à Nice

A quoi sert une chanson si elle est désarmée ? Me disaient des chiliens, bras ouverts, poings serrés. Comme une langue ancienne qu'on voudrait massacrer, je veux être utile à vivre et à rêver. Comme la lune fidèle à n'importe quel quartier, je veux être utile, à ceux qui m'ont aimé, à ceux qui m'aimeront, et à ceux qui m'aimaient. Je veux être utile à vivre et a chanter. Dans n'importe quel quartier, d'une lune perdue, même si les maitres parlent et qu'on ne m'entend plus, même si c'est moi qui chante à n'importe quel coin de rue, je veux être utile à vivre et à rêver. A quoi sert une chanson si elle est désarmée ?

De noir vêtue, rouge à lèvre vif comme pour prouver que la vie continue après cet attentat, mais aussi ces attentats, Najat Vallaud-Belkacem tombe sous les paroles de Julen Clerc. La ministre de l'Education nationale écrase une larme. La mère de famille prend le pas sur la femme politique. Pas loin, Christian Estrosi le président de la région et premier adjoint au maire de Nice a du mal à retenir son émotion. Nombreux sont ceux, dans l'assistance des personnalités ou des anonymes à avoir du mal à contenir leur souffrance. Et c'est plutôt rassurant car, devant leurs téléviseur, les Français sont bouleversés. Et ils accepteront toujours de voir "leurs" ministres et autres parlementaires se conduirent en humains. Le discours du chef de l'Etat sera, lui, fidèle aux autres prononcés par François Hollande, humain mais un peu celui d'un... "professionnel" des commémorations. Dans le drame, la route ne doit pas s'installer. #Attentats Nice #PrayForNice