Un certain nombre d’entre nous sommes militants de LR  et face à cette fiction de France 2 on peut se poser une série de questions : quels ont les enjeux d’une telle émission avant le débat officiel entre les candidats sur TF1 (le 13 octobre). Cette parodie sur France 2 était animée par FOG (François Olivier Gisbert qui n’aime pas #Nicolas Sarkozy, qui le dit et le fait savoir),et  qui, de mon point de vue, peut orienter la décision des votants aux primaires. Il faut que le Président Sarkozy se calme, se présente comme un candidat comme les autres aux Primaires, et n’essaie pas d’avancer des arguments d’ancien Président qu’il a été face à ses anciens ministres. Ce serait une faute en matière de communication, là où Mitterrand avait réussi face à Chirac au cours du débat avant l’élection présidentielle qui a permis à Mitterrand d’assumer un deuxième mandat.

 

Sarkozy doit être offensif, direct et maîtrisé car il est perçu comme hystérique et hystérisant le débat politique en France. Il  apparaît comme clivant, alors que le clivage doit être un élément de rupture de et de compréhension de ce qu’est la Droite et la Gauche. Sans offenser nos compatriotes, certains de ceux-ci, culturellement et intellectuellement, n’ont pas encore toute la maîtrise de la finesse politique des concepts et de leur utilisation dans le champ politique. Ils agissent avec leurs tripes et ils ne font pas de nuances.

 

Sarkozy a choisi une position clivante en insistant sur les concepts identitaires (même si l’histoire de France est marquée par la diversité depuis Louis X, les remarques sur l’égalité avec l’écrivain L’Hospital au XVIième siècle, le droit du sol en 1564 et la révolution française en 1789. J’invite les uns et les autres à lire le livre "Notre France. Dire et aimer ce que nous sommes", par Raphaël Glucksmann (Allary Editions). La France, quoique dise le candidat Sarkozy, pour lequel j’ai beaucoup d’affection et de sympathie, doit comprendre que le concept de diversité est très ancien. Nicolas Sarkozy doit avoir une stratégie subtile pour espérer vaincre Juppé qui est très haut dans les sondages. Attention à la fable de la tortue et du lièvre. Sarkozy a voulu créer un blast en septembre en espérant dominer Juppé. Il a assumé le statut du lièvre. Juppé adopte le statut de la tortue. Je ne sais pas qui sera le vainqueur de la primaire, mais la place que l’on m’assigne dans la société française, celle de membre de la diversité et qui n’est ni celle du lièvre et encore moins celle de la tortue, dit que les sondages ne valent que le temps des déclarations. Sarkozy, Juppé n’ont pas encore gagné le premier tour. En revanche, le statutaire de la diversité que je suis (donc pas très intelligent), annonce que si Sarkozy ou Juppé arrivent en tête au premier tour des Primaires, Fillon, NKM vont se rallier à Juppé. Il restera le cas Bruno Le Maire qui pour préserver sa virginité politique en pensant à 2022, ne va pas dire sa préférence pour Sarkozy ou pour Juppé. Je prends le risque de me tromper. En politique, rien n'est sûr à l'avance.

 Moi qui suis né français, et considéré comme assimilé, regarde avec délectation les diatribes et les annonces politiques de nos 7 candidats aux Primaires de la Droite et du Centre concernant les problématiques sur l’identité française. C’est la parole d’un ancien conseiller municipal UMP de la ville d’Alfortville de 2008 à 2014 et qui reste toujours LR sans trahir ses convictions alors que j’aurais pu continuer à être conseiller municipal d’Alfortville en choisissant un autre camp indépendant et de droite qui me proposait la troisième place éligible. Sans me vanter, on ne doit pas être très nombreux en France au plan communal et national à faire le choix que j’ai fait : refuser une place éligible pour le respect de ses convictions politiques et la fidélité à son parti ici et maintenant, le parti républicain. Nous sommes en France et je ne demande pas à mes compatriotes volatiles pour certains de faire ce que j’ai fait. #primaires de Droite #Juppé