La commission d'organisation de la primaire de la droite et du centre se réunira en urgence ce mardi 25 octobre. Elle doit statuer sur le cas de Jean-Frédéric Poisson qui a dénoncé dans le quotidien Nice-Matin du mercredi 19 octobre une "proximité de Mme Clinton avec les super financiers de Wall Street et sa soumission aux #lobbies #sionistes (qui) sont dangereuses pour l'Europe et la France." Ces propos ont suscité de nombreuses réactions d'incompréhension et de colère de la part d'élus de tous bords, mais surtout du CRIF (Conseil représentatif des institutions juives de France). M. Poisson pourrait être exclu de la primaire pour cette phrase.

Des propos antisémites, selon le CRIF

L'institution représentative dénonce "plus qu'un dérapage", mais un propos "insidieusement antisémite". Elle réclame une "sanction exemplaire" à l'encontre du candidat, qui de son côté se défend de tout antisémitisme. Lui dit "ressentir cela comme une injure" alors même qu'il répondait à une interview sur l'élection américaine. Il précise : J'ai indiqué qu'il existe des groupes de pression de toute nature, pro-palestiniens, pro-tabac, anti-tabac… Il y a aussi des groupes de pression sionistes et ils sont extrêmement puissants. Le fait de les mentionner n'est de ma part qu'un commentaire sur le contenu de la vie politique américaine"

Poisson doit s'excuser avant le 25 octobre

En attendant que se réunisse la commission composée des représentants des sept candidats sous l'autorité de Thierry Solère, président de la commission et de Anne Levade, présidente de la haute autorité pour la primaire de la droite, il est demandé à Jean-Frédéric Poisson de s'excuser. Ce sans quoi, le candidat crédité à ce jour de 2 % des intentions de votes, pourrait perdre sa place. En effet, la commission a décidé d'engager une procédure d'exclusion à l'encontre du candidat, s'il n'explique pas ses propos à défaut de s'en excuser. Pour autant, rien ne dit que cette procédure, si elle était déclenchée, aboutirait obligatoirement pour réduire à six le nombre de prétendants à l'investiture LR à la prochaine présidentielle. #Primaires