La député de Vaucluse, fervente catholique, défend régulièrement ses convictions à l'Assemblé nationale. Se jeter dans l'arène #Politique ne semble plus l'effrayer. Même les médias ne font pas reculer la plus jeune députée de l'histoire de la République française en ce qui concerne la défense des inextinguibles idées du Front National. 

La récente intervention publique de Marion Maréchal-Le Pen

Sur le projet de loi relatif à l'égalité réelle outre-mer, l'élue FN a joué sur une tonalité qui lui est propre à l'Assemblée Nationale, allant à l'essentiel, en parsemant ses discours de citations choisies. "Qui trop embrasse mal étreint" aura été la première pique envoyée au gouvernement français actuel allant dans tous les azimuts au risque de précipiter son échec. Proche de la ligne directrice instaurée par la Présidente du Front National, Marine Le Pen, #Marion Maréchal-Le Pen n'a pas hésité à étaler le sujet hautement sensible, en France, de l'immigration clandestine. Elle a, de fait, proposé que les prestations sociales augmentées à Mayotte aillent en priorité aux Mahorais dans l'optique de favoriser la population locale.

La député de Vaucluse garde sa ligne de conduite 

Avec la célèbre charge lancée à l'Assemblée Nationale, en 2015, contre le Premier ministre, Manuel Valls, dans laquelle elle condamnait "phobie administrative, compte en Suisse et prise illégale d'intérêt", Marion Maréchal-Le Pen avait affirmé, un peu plus, l'intangibilité de ses convictions politiques. Contre Jean-Jacques Bourdin, il y a quelques mois sur BFM TV, elle a été bousculée mais n'a pas courbé l'échine, réaffirmant son souhait de voir se fermer la page de l'union européenne au profit d'une "Europe des nations, de la coopération, d'une Europe de la souveraineté" permettant de garder des "accord bilatéraux comme le font, par exemple, la Norvège, l'Islande ou la Suisse [...] d'avoir des accords de libre-échange [...] tout en protégeant [les] frontières sur des secteurs où il y a de la concurrence déloyale et où il apparaît judicieux de défendre [l']industrie". Ce même Jean-Jacques Bourdin bousculait la jeune femme politique, le 27 septembre dernier, dans une interview sur RMC/BFM TV. La cause du vif échange en plateau était la confusion fortuite concernant le nombre d'habitants en Paca, et l'expression "éparpiller la poussière". #Marine Le Pen