Le coup de communication était presque parfait. En même temps qu'il faisait apposer ce mardi 11 octobre, de nouvelles affiches chocs et provocantes sur le thème des migrants ("Ils arrivent"), le maire de #Béziers (apparenté FN) profitait de l'émoi suscité par cette campagne pour annoncer un référendum local. Le texte de la question est déjà connu, il serait : "Approuvez-vous l'installation de nouveaux migrants imposée par l'État, sans consultation du Conseil municipal ?" Un intitulé aux faux airs de défense de la démocratie locale pour cacher la question plus brute de savoir si la population biterroise veut accueillir des migrants.

Une augmentation du nombre de migrants décidée seulement par l'État

La Ville de Béziers compte deux centre d'accueil : la Ville en gère un premier de 80 places tandis qu'un second qui compte actuellement 50 places est géré par l'association La Cimade. Or, l'État par le biais de la préfecture de l'Hérault, a décidé de porter à 90 places la capacité d'accueil totale de ce second centre. Une belle occasion pour le maire de faire parler de lui, en accusant l'État d'agir ainsi pour essayer d'y placer les migrants de Calais. Une thématique qu'il aime bien développer dans les médias, quand il ne donne pas des statistiques ethniques (théoriquement interdites) sur sa ville.

Un référendum sur les migrants qui a peu de chances d'aboutir

Robert Ménard n'est pas le premier maire à réclamer un tel référendum. Toutefois, le Tribunal administratif de Grenoble a récemment fait annuler un tel scrutin au motif qu'une ville n'est pas compétente pour se prononcer sur un tel sujet (l'hébergement d'urgence), qui relève des compétences de l'État. Robert Ménard pourrait quand même tenir bon, même si sa consultation n'aurait aucune valeur légale et n'empêcherait pas le Préfet d'installer la quarantaine de migrants supplémentaires. En somme, peut-être juste une campagne de communication qui permettrait à l'ancien président de Reporters sans frontières de se placer en ministrable en vue des prochaines élections. #RobertMénard #Immigration