Le journal Le Monde nous dit que, dans un avion emmenant le Premier Ministre vers ses fonctions ministérielles, celui-ci aurait dit son agacement aux journalistes en ajoutant qu’il prendrait ses responsabilités à la suite des effets directs et collatéraux du livre-confidences des journalistes du Monde. De deux choses l’une : ou Valls démissionne et prend réellement ses responsabilités, ou il se tait et montre sa loyauté au Président de la République, quels que soient ses états d’âme.

 

En démissionnant, le Premier Ministre Valls éviterait de se « filloniser » comme l’a été Fillon au cours du quinquennat de Nicolas Sarkozy. Fillon nous dit aujourd’hui qu’il était en désaccord avec Nicolas Sarkozy, pourquoi n’a t-il pas démissionné, pourquoi il dit   que Sarkozy n’a pas respecté ses engagements ? on pourrait dire la même chose du Premier Ministre Valls. Un peu de courage, Monsieur le Premier

 Ministre. Si vous êtes en désaccord avec le Président Hollande, comme le rapporte le Journal le Monde, démissionnez ! Votre démission aura un retentissement énorme et vous pourrez ainsi vous lancer dans la bataille des primaires de façon claire et loyale, éventuellement contre Hollande, si celui-ci participe aux Primaires de la Gauche.

 

Le problème, Monsieur le Premier Ministre, c’est que vous avez les pieds et les poings liés car vous avez décidé être loyal au Chef de l’Etat et vous ajoutez un élément supplémentaire : « pas godillot ». Le Premier Ministre Valls est dans une situation difficile et inconfortable. En démissionnant, son concept de loyauté, malgré ses discours, tombe à l’eau. En restant aux affaires, il donne du grain à moudre à Hollande qui doit ici et maintenant penser que la notion de loyauté du Premier Ministre est d’abord marquée par la tactique et la stratégie.

 

Hollande est un serpent à sang froid. Je n’insulte pas le Président de la République et encore moins la fonction qu’il occupe, mais je le réintègre dans le vaste chantier de la décomposition actuelle et recomposition future du #Parti socialiste. Hollande a pour lui les qualités du meilleur élève de la classe. Par sa formation académique il a toujours été parmi les premiers au lycée, à Sciences Po, à HEC et l’ENA.  Il n’a jamais douté de ses forces intellectuelles et de sa maîtrise du temps. Il ne panique pas, il laisse le Premier Ministre Valls parler. Il attend son heure. Son équipe de communication est portée disparue, il assure lui-même le service après-vente et il croit en son étoile.

 

Valls doit savoir que Hollande, premier de la classe, orgueilleux et fier de son intelligence politique, n’abandonne pas la bataille. Je peux me tromper, j’espère pouvoir me tromper, mais Hollande, vainqueur ou vaincu, ira à la bataille présidentielle car cela est inscrit dans son ADN intellectuel et politique. #Manuel Valls, en voyage au Togo et en tournée africaine, ne veut pas répondre au tollé qu’il a provoqué en France. Valls se contente de dire de l’Afrique que c’est le continent du futur et qu’il faudra compter avec lui, une façon de rependre de la hauteur et de laisser de côté les petites querelles parisiennes.

 

A son retour à sa Pais, il faudra bien que Manuel Valls en dise un peu plus sur sa sortie de façon négative contre #François Hollande. Soit le Premier Ministre démissionne, soit il évite les petites phrases. Il sait déjà que ni Montebourg, ni Hamon et encore moins Macron et Martine Aubry ne le laisseront représenter le Parti Socialiste à l’élection présidentielle car, pour eux, le Premier Ministre Valls représente l’aile droite du PS qu’ils n’aiment pas et que celui-ci clive le Parti entre un PS de gouvernement utile et les autres.

 

Les simples citoyens que nous sommes, gourmands de la politique et de sa théâtralité, nous nous mettons au balcon pour assister à la décomposition-recomposition du PS. Dans quelle direction ? Wait and see. Démission ou loyauté du Premier Ministre Valls ?