Fillon, sans mot dire, a bien compris l’enjeu des élections des primaires en s’adressant aux électeurs de Droite et du Centre. Juppé a fait tout le contraire en menant une campagne de deuxième tour de l’élection présidentielle, alors que la cible de référence était bien les électeurs de la Droite et du Centre. Juppé s’est trompé de positionnement et il risque d’en payer le prix dimanche 27 novembre car les électeurs de la Droite et du Centre veulent tourner les pages Sarkozy et Hollande.

Au cours du débat de ce soir, trois points ont été mis à l’agenda des candidats.

- Quelle présidence souhaitent les candidats ?

- Quelles sont les conceptions sociétales des différents candidats ?

- Quelle vision avez-vous de la France ? (politique étrangère)

Fillon et Juppé ont dit qu’ils feraient un mandat. Se pose la question, pour les deux, de la composition des députés à l’Assemblée nationale, si d’aventure ils sont élus. Fillon modifiera à la marge les investitures car les Sarkozystes lui ont apporté leur soutien dès le dimanche soir. Si Juppé gagne, il risque de modifier de façon profonde la composition des législatures en donnant une place forte aux centristes de François Bayrou. Bayrou sera-t-il candidat si Fillon l’emporte ?

Au fond dans le débat de ce soir, les thèmes et les convergences entre les deux hommes étaient connus : réduction du nombre de fonctionnaires, suppression des 35 heures et de l’ISF, baisse des charges, augmentation de la TVA (2 points pour Fillon et I point pour Juppé). Essayons de voir à quel niveau se trouve la clarification entre les deux projets.

Les deux impétrants avaient la même cravate bordeaux, une chemise blanche sur fond, rappelant les couleurs de la République : bleu, blanc, rouge.

Sur le projet présidentiel, il n’y a pas eu de passe d’armes entre les deux candidats qui se connaissent et s’estiment. Si Juppé est élu, il s’attaquera aux retraites, au code du travail et à l’apprentissage des jeunes. Pour Fillon, c'est le marché du travail, le code du travail, la réforme de l’âge de retraite à 65 ans et l’apprentissage.

Des questions un peu limites sur une France irréprochable ont été posées sans grand intérêt, si ce n’est qu’au niveau de l’éthique politique. Juppé a mis les pieds dans le plat en parlant de son propre cas, sans éluder la question mais en demandant l’exemplarité.

A propos de l'économie, Fillon fait un diagnostic amer: le modèle social français provoque des inégalités, le modèle de 1945 est dépassé, il faut un changement à partir de l'enrichissement du pays et la création d'emplois. Pour Juppé, il faut d'abord lutter contre le chômage et consolider la protection sociale sans casser le modèle mais en le consolidant par des effets de responsabilité. Il s'oppose à Fillon sur les taux de remboursement en matière d'assurance maladie. Pour Fillon, il faut réformer le système de santé et favoriser les mutuelles, les médecins privés et créer des maisons de santé. Il instaure une médecine à deux vitesse: maisons de santé pour les pauvres et médecins libéraux pour les plus aisés. Il faut pour lui débureaucratiser le système de santé.

Pour Juppé et Fillon il faut alléger les conditions de licenciement.Pour la durée du travail, Juppé a posé une question pertinente à Fillon concernant les 39 heures dans la fonction publique payées 37. Concernant les effectifs des fonctionnaires, bonne réponse de Juppé, réponse floue de Fillon. Concernant la sécurité, Juppé pense qu'il faut renforcer les effectifs de la police et de la justice.

Passe d'armes sur l'IVG. Pour Juppé, c'est un problème de couple, pour Fillon, c'est un problème de femme. Sur la vision de la France, Fillon est pour un récit historique. Correction de Juppé qui estime que l'histoire n'est pas un récit mais une science humaine.

Sur la politique étrangère, Juppé pense que la France doit être elle-même, sans être inféodée à la Russie ou aux Etats Unis. Fillon dit que ses rapports avec Moscou ne sont que des rapports de travail. #Alain Juppé #François Fillon #Élections