#Donald Trump est officiellement devenu le quarante cinquième président des Etats Unis, après une nuit au coude au coude avec son adversaire, la candidate démocrate Hilary Clinton. La stupéfaction est à son comble et nombreux sont ceux qui n'avaient pas prévu un tel dénouement. A commencer par les nombreuses personnalités qui s'étaient mobilisées en faveur de la candidate démocrate. Les grands électeurs ont toutefois fait leur choix.

L'économie, enjeu clé et point faible d'Hilary Clinton

Fait surprenant, ce sont les préoccupations économiques et l'immigration qui semblaient être au coeur des préoccupations des citoyens américains. Beaucoup ont effet douté des capacité d'Hilary Clinton à relancer l'économie américaine, notamment en raison de sa tendance à aller systématiquement le compromis et de son appartenance à un système réputé corrompu. Du côté de Donald Trump, ce sont ses outrances et ses propos dégradants vis à vis des minorités qui ont fait douté ses concitoyens.

Cependant, le vote hispanique que l'on présumait acquis tout à la cause d'Hilary Clinton aura donné du grain à moudre à tous les observateurs. Ses propos très durs contre les mexicains qualifiés de criminels et de violeurs ne semblent pas avoir dissuadé une partie non négligeable de cette communauté de voter tout de même pour Donald Trump. La création d'emplois et le protectionnisme pour lutter contre une économie de plus en plus mondialisée .

Un Brexit à l'américaine

Fallait-il voir dans ce vote massif pour Donald Trump un ras le bol général de la classe moyenne américaine qui se sent abandonnée vis à visd' une classe politique accusée d'être impuissante et corrompue. Le milliardaire américain, qui se plaisait à se présenter comme un self made man ayant acquis sa notoriété et son succès grâce à son travail acharné, s'est très rapidement posé comme un candidat dénonçant la corruption et la complaisance des médias, notamment lorsque ceux ci l'attaquaient. 

Le taux de participation assez élevé atteste toutefois de la volonté des électeurs américains de faire passer un message clair à leurs représentants et surtout d'entériner un réel changement après une période de crise économique sur fond de tensions sociales et de lutte contre le terrorisme. On note également un sursaut d'une partie de la classe moyenne blanche qui n'a pas adhéré aux deux mandats de #Barack Obama, attaqué pour son laxisme et son trop grand progressisme sur des questions de société qui n'ont pas fini de diviser (peine de mort, droit à l'avortement, interdiction du port d'armes à feu).

Et maintenant ?

Tous les yeux sont rivés vers les #Etats-Unis, dans l'attente du premier discours de Donald Trump en tant que candidat victorieux à la présidence des Etats Unis. Beaucoup attendent également la mise en application de son programme. Trois éléments semblent  se détacher de son programme : la comparution d'Hillary Clinton face aux tribunaux pour répondre de son implication dans différentes affaires. L'affaire des emails, pour laquelle elle a été blanchi officiellement par le FBI, ainsi que les nombreux mensonges du clan Clinton ont irrité la majorité d'américains qui souhaitent la voir rendre des comptes.

En seconde position arrive l'emploi et la relance de l'économie. Nombreux sont ceux qui comptent sur ce gestionnaire pour prendre des mesures efficaces pour redonner à l'Amérique ses lettres de noblesse, notamment sur le plan économique. Enfin la sécurité et la lutte contre l'Etat Islamique. Le discours autoritaire, et la ligne diplomatique pour le moins musclée du candidat semble avoir fait mouche et redonné confiance aux américains dans un climat où les tensions entre communautés sont exacerbées sur fond de guerre contre le terrorisme.