C’était le pari de Nicolas Sarkozy : muscler son discours pour mordre sur l’électorat de #Marine Le Pen. Il a surtout mobilisé celui de Marion Le Pen, pour Fillon. #François Fillon, attaqué par Alain Juppé sur ce thème, rétorque : ‘’je pense même que le programme que je propose est justement le seul qui peut permettre d’éviter l’extrême-droite’’. Arrêtons le François Fillon bashing, amusant car parodique, et tentons de peser l’argument. Tout d’abord, comparaison n’est pas raison, et n’évoquons pas le Maréchal Pétain qui n’a pas évité à la France le reclassement des cagoulards (membres de l’Organisation secrète d’action révolutionnaire nationale, Osarn, carrément terroristes) dans son régime, ni la formation de la division SS Charlemagne. Et pour le moment, aucune mosquée n’a été incendiée lors d’un culte. Fillon pourrait peut-être tarir le recrutement de cette ultra-droite très marginale mais il est tout aussi soutenable qu’il contribuerait à l’encourager. Tout gage donné, en presque tout domaine, calme (on s’en contente) et attise à la fois (c’est un premier pas, continuons le combat). En fait, l’argument ‘’solide’’ de François Fillon, c’est qu’Alain Juppé, en pointant que ‘’les soutiens de l’extrême-droite arrivent en force’’ pour le tandem partisans de Sarkozy et de Fillon, manquerait d’une ‘’honnêteté intellectuelle’’ dont son adversaire le créditait auparavant. L’argument est faible dans la mesure ou le constat est clair.

Tout sauf Juppé

Oui, il est patent que le site Riposte ‘’laïque’’ titre ‘’il faut éradiquer Juppé du paysage politique français’’ ou ‘’Juppé au service de la gauche contre Fillon’’ ou encore ‘’chassons Juppé, le candidat de la gauche et des mosquées’’, ‘’pour contrer le vote musulman, votons Fillon en masse’’, &c., &c., ce mercredi 23 novembre, et après de longs mois de dénonciation haineuse d’’’Ali Juppé’’. Il est tout aussi flagrant que Carl Lang se félicite de la perspective de voir le deuxième tour de la primaire de la droite confirmer ‘’le rejet d’Alain Juppé’’. Carl Lang, qui faisait de l’ombre à Le Pen père, fut viré du Front national. Son Parti de la France tolère Marion Maréchal-Le Pen mais non pas Marine Le Pen, considérée aussi, voire davantage à gauche, qu’Alain Juppé. Jacques Bompard, de la Ligue du Sud, ex-fondateur du FN, ira voter Fillon dimanche, signant sans scrupule une déclaration comme quoi il adhère aux valeurs du centre. Bref, Fillon passe pour fachosphèro-compatible, bien plus que Marine Le Pen. Il s’en défend mollement, mais cela ne vaut pas complicité : son programme, sa future équipe gouvernementale, s’il l’emporte, sont centrés sur un redressement économique tout droit dérivé de l’hypothèse du ruissèlement (le trickle down voulant que le seau versé sur la tête des riches finirait en gouttelettes sur les plus pauvres) qui ne s’est jamais, nulle part au monde, vérifiée. L’hypothèse fut valide surtout pour les classes moyennes supérieures que Fillon incarne, et qui ne voient de solution pour garantir leurs revenus que d’appauvrir les strates inférieures. Même les hautes sphères du FMI n’y adhèrent plus. L’OMS a tiré le bilan sanitaire des années Thatcher au Royaume-Uni, soit la résurgence de maladies contagieuses dans les couches les plus démunies de la société britannique. Le tout sauf Juppé se vérifie ; Fillon le tolère, mais il n’est pas évident qu’il l’encourage ou veuille prendre le risque d’en devenir l’otage.

Enfin les résultats définitifs

Les résultats définitifs de la primaire sont enfin arrivés, confirmant le classement antérieur mais Nicolas Sarkozy a progressé de… 0,1 point. C’est le seul changement depuis le 21 nov. à 06:30. Mais Juppé est à présent à 663 473 voix derrière Fillon (la perte avoisine 40 000). Juppé est estimé trop centriste et il n’a plus d’autre choix que de l’approfondir pour convaincre centre et centre-gauche de le rallier. #Alain Juppé