Le site Atlantico, titre ''Exclusif : François Hollande devrait annoncer sa candidature dimanche 4 décembre'', donne quasi-certaine l'entrée dans la course aux élections présidentielles du locataire de l'Élysée. Mais vers quelle heure ? Depuis quel balcon ? De quel étagère ? Attendre le mardi 29 novembre que si le long dépouillement du second tour de la primaire ouverte (à toutes et tous) de la droite et du centre laissera clairement entrevoir que #François Fillon l'emportera sur Alain Juppé. Le conditionnel reste quand même employé par Atlantico qui ne place pas l'article de Christelle Bertrand en tête de sa page d'accueil.

Avant les vœux présidentiels

Voici deux jours, le reste de la presse donnait la date du 10 décembre. Pourquoi donc ? Parce que Didier Guillaume, lors de L'Épreuve de vérité sur Public Sénat, avait déclaré mardi dernier que ''le président de la République a dit qu'il donnerait sa réponse le 10 décembre''. Le sénateur socialiste n'a pas tout a fait trop formellement été contredit par l'entourage du chef de l'État. Lequel n'a pas le choix d'attendre les vœux présidentiels du Jour de l'An puisque la date butoir est le 15 décembre prochain. Voilà de quoi réjouir les bookmakers clandestins : le 4 ou le 10 ? Ou jamais ? Franchement, hormis pour les parieurs, peu importe. Mais la différence de dates n'est pas anodine puisque les primaires de la gauche (hors Mélenchon et d'autres) devraient arrêter la liste des candidats en lice les 8 et 9 décembre (pour un départage s'effectuant les 22 et 29 janvier). Le 10 décembre est aussi la date retenue par Emmanuel Macron pour captiver l'attention des médias lors d'un rassemblement que l'on suppose parisien et très fréquenté. Se déclarer le 10 décembre permettrait de partager les temps d'antenne. Se déclarer le 4, oui, mais à quoi ? Au premier (et second ?) tour de la primaire socialistes et radicaux de gauche ? Cette date plus rapprochée va-t-elle forcer Manuel Valls à une déclaration préliminaire ?

Face à Fillon, Hollande favori ?

Mais pourquoi donc attendre le 4 décembre ? Les organisateurs de la primaire de la droite et du centre, sauf à devoir affronter la perspective d'une participation encore plus massive (plus de 4,2 millions au premier tour), sont à peu près confiants qu'il ne faudra pas attendre minuit pour départager Alain Juppé et François Fillon. L'Élysée a certainement les moyens de sentir le vent avant les journaux de 20 heures. Chambouler les soirées électorales des chaînes en se déclarant avant la divulgation des premiers pourcentages pourrait être farce. Ce qui est supputé par Hélène Hug, de France Info. "#François Hollande veut être candidat. Une fenêtre pour l'annoncer s'ouvre dès le soir du dimanche 27 novembre, à l'issue de la primaire de la droite." Par issue, entendez clôture du scrutin (19 heures). RTL reste plus flou et estime que F. Hollande ''pourrait se lancer dès la semaine prochaine'' (en même temps que François Bayrou ?). En passant par la case primaire ou en s'en dispensant (avec en sous-main, le retrait des Radicaux de gauche pour justifier une candidature individuelle) ? Le site de France Soir reprend les propos critiques du président à l'égard de François Fillon et l'utilisateur du 49.3 critique aussi Juppé voulant gouverner par ordonnances. C'est donc qu'il est entré nettement en campagne. Pour L'Obs, la faible fiabilité des sondages mettrait aussi du baume au cœur (est-il si impopulaire, au fond ?). Puis, les meilleurs chiffres du chômage actuel peuvent basculer de nouveau, fin décembre. Libération coiffe Atlantico sur le poteau en évoquant les 3, 6, 10, 13 et 15 décembre. Allez, prenons les devants. Pour Blasting News, ce sera ce soir même (eh, une info, un démenti, deux infos) et attendez-vous à savoir qu'Hillary Clinton, après nouveau comptage en trois États, sera bientôt la seule, l'unique president elect des États-Unis d'Amérique. Mille contre un, pensez gain. Au double, mariage avec Valérie Trierweiller, ou Fillon et Juppé en couple. #Alain Juppé