Valls qui démissionne, ou est démissionné pour pouvoir se présenter à la primaire de la #gauche ? Hollande qui tente de mettre son veto ? Le Président qui se déclare ? Une seule chose semblait certaine en ce matin du lundi 28 novembre, Valls et Hollande ne se retrouveront pas ensemble dans la primaire.

Un repas en tête à tête, au palais de l'Elysée. Au menu, soupe à la grimace. Sans doute des plats concoctés par le chef avec plus de réflexion encore qu'habituellement. Histoire que Hollande et Valls puissent digérer leur repas, sachant que les crampes à l'estomac accompagneront des discussions annoncées sévères. Manuel Carlos Valls Galfetti n’est pas né pour rien, à Barcelone, en 1962. #Manuel Valls, de son nom de scène, ne craint pas la corrida politique. Remis à sa place par le Président de la République, ou un autre membre du Parti socialiste, le voilà qui revient à la pique tel le taureau brave. Pour l’instant, c’est toutefois encore #François Hollande qui a la parade ultime, la mise à mort politique. On l’a vu avec la primaire de la droite, surtout, et du centre, accessoirement, le fait d’avoir été le premier ministre de Sarkozy n’a pas fait de Fillon, son comptable. La France s’est donc débarrassé de Sarkozy en mettant celui qui n’est, quand même, pas resté tout le mandat en désapprouvant son patron. Soit il adulait son boss et il a bien manœuvré en l’attaquant. Soit il le détestait et son courage n’est pas alors prouvé. Dans l’ombre de Hollande, le plus espagnol de nos hommes politiques n’en est lui qu’à 2 ans, 7 mois et 26 jours de mandat ! Et contrairement à Fillon, le premier ministre actuel ne s’est pas gêné pour critiquer Hollande. Enfin, du moins il ne se dérobe pas depuis quelque temps et notamment depuis la sortie du fameux livre. Et oui « Un président ne devrait pas dire ça ». Une stupidité que ces cinq ans d’entretiens donnés à deux journalistes du Monde. Jamais la droite ne remerciera assez Gérard Dayet et Fabrice Lhomme. Pour ce qui est de Valls, il est bien certain que ce bouquin n’est qu’une excuse, un prétexte. Que son patron arrose un peu tout le monde, d’une eau boueuse, laisse totalement indifférent un premier ministre qui, comme tant d’autres, ne pense qu’à son propre avenir. Ce gros bouquin bien lourd, pas idéal pour trouver le sommeil, aura au moins permis à tous de monter au créneau.

Hollande - Valls, encore un coup de pouce au FN ?

Les magistrats, les sportifs et tant d'autres découvrant, jour après jour, que Hollande n'aime pas grand monde. Dommage pour un chef de l'Etat. La gauche, pour l'instant fait le jeu du Front national. Curieusement, pour Marine Le Pen Fillon est plus dangereux que ce PS qui se cherche et ce PCF qui s'est choisi Jean-Luc Mélenchon non sans mal.

Pour Valls la marche la plus haute !

Maire d’Evry durant plus de 11 ans, vice-président du conseil régional d’Ile de France, député de l’Essonne, ministre de l’Intérieur et donc premier ministre, il est évident que Valls n’a plus qu’une marche à franchir. La plus difficile, celle qui casse plus de dents qu’elle ne propulse pas de personnages ambitieux sous les ors de la République. Le peuple dans tout cela ? Accessoire !