Sarkozy a compris, et bien avant Trump, qu’il fallait parler aux petites gens de Droite, aux oubliés, même si ce n’est qu’une posture de campagne comme Trump aux Etats Unis. Alain Juppé au Zénith de Paris ce 14 novembre 2016 a choisi le rassemblement du peuple de France face à un Sarkozy profondément marqué à Droite et un Fillon adepte de la France des notables. L’ode à la notabilité de François Fillon le fait remonter dans les sondages. Juppé stagne et, assez paradoxalement, il rappelle quelque part les Clinton qui étaient au firmament des sondages. Il faut que Juppé retrouve ses habits de tribun de Secrétaire Général du RPR pour donner des gages à une grande partie de l’électorat de Droite, sinon il risque d’être défait au premier tour par #Nicolas Sarkozy. Voilà Juppé averti. Il faudra qu’il rassemble toute la Droite et même celle qui vote Nicolas Sarkozy. Il lui faut donc trouver une piste claire pour parler aux Sarkozystes qui ne souhaiteront pas voter pour lui car nous sommes bien en face de deux Droites, une Droite dure, celle de Sarkozy, et une plus rassembleuse, la sienne. Ces deux Droites devront s’entendre si elles veulent jouer le jeu de l’alternance et gagner l’élection présidentielle de 2017. Ce n’est facile, ni pour Juppé, ni pour Sarkozy, car les couteaux sont tirés et que stratégiquement l’un et l’autre veut représenter la Droite à l’élection présidentielle.

La démonstration de force de Juppé est réussie ce soir 14/11/2016 au Zénith de Paris, mais il lui reste encore à confirmer cette démonstration dans les urnes en montrant qu’il est capable de vaincre Sarkozy lors des Primaires et de gagner l’élection présidentielle. D’autres problèmes se présenteront à Juppé, comme la composition de sa majorité législative qui sera forcément sarkozyste et qui peut lui poser des problèmes, comme ceux rencontrés par Giscard face à la majorité parlementaire RPR. On attend avec gourmandise le discours de Nicolas Sarkozy demain 15 novembre 2016 à Nice pour voir quels sont les thèmes qui seront développés et s’il est possible à ce moment-là de comparer son discours avec celui de Juppé.

La fin du premier tour des primaires s’annonce brutale, intéressante, agressive et pleine de renseignements. Après le premier tour, se posera la question des alliances pour le second. Fillon, Le Maire, NKM n’ont pas dit leurs derniers mots. La star Alain Delon était là pour soutenir Juppé, un Alain Delon pusillanime qui avant soutenu Sarkozy. De Fillon à Sarkozy en passant par Juppé, les médias ont fait un choix anti-démocratique en privilégiant les grands candidats et en ne consacrant qu’une vingtaine de minutes à NKM, Le Maire, Coppé et Poisson. Ainsi va la démocratie à la Française, toujours encline à critiquer ce qui se passe aux Etats Unis ou ailleurs. On devrait balayer devant notre propre porte.

Juppé favori dans les sondages, attention à l’effet Clinton aux Etats Unis. Nous sommes dans la même famille politique. Alain Juppé s’est tassé dans les sondages. Attendons de voir le premier tour s’il passe devant Nicolas Sarkozy qui bénéficie d’un socle républicain fort avec un Fillon en embuscade et qui risque de jouer son rôle de troisième homme en accentuant l’incertitude du premier tour, même si Jean-François Copé estime que Fillon est une imposture et qu’il a cogéré négativement la France Sarkozy de 2007 à 2012. #Alain Juppé #Élections