C'était, hier soir, un déluge de réactions de la part d'une #gauche divisée sur la victoire de Fillon, qui réunit la #droite. Au-delà des propositions du vainqueur de la primaire de la droite, c'est l'unité nouvelle que la droite a su créer qui a amené plusieurs personnalités de gauche à demander le rassemblement. En effet, les candidatures indépendantes se multiplient dans une gauche plus fracturée que jamais, par des politiciens qui refusent de passer par l'épreuve de la primaire. Il s'agit d'une mauvaise nouvelle pour Macron. Inquiété par un tel engouement autour des primaires, le candidat d'En Marche craint que son initiative solitaire passe mal. Il a notamment été intrigué du choix des Français pour l'extrémisme libéral et le traditionalisme, lui qui représente un centre qui ne s'assume pas. Il s'est ainsi adressé directement au vainqueur de la primaire de la droite :

"Vous avez une vision de la société française que j'appelle un retour en arrière et qui n'est définitivement pas la mienne." En d'autres termes, Fillon est bien trop réactionnaire à son goût. La défaite de Juppé, qui représentait un libéralisme modéré, tout comme Macron, a retenti comme un avertissement pour ce dernier. Les personnalités politiques qui défendent la candidature de Macron ont réagi de la même manière, condamnant le conservatisme de Fillon et appelant au rassemblement de tous les Français progressistes.

Pour les socialistes, un basculement du centre de gravité politique

Les candidats socialistes qui ont choisi de passer par la primaire de la gauche, en revanche, ont dénoncé un projet violent et ont appelé à désigner un candidat unique pour la gauche. Face à la violence du projet de Fillon pour la France, la seule alternative est pour eux un candidat rassembleur qui propose un programme opposé. Ce sont les deux figures de proue des frondeurs, Benoît Hamon et Arnaud Montebourg, qui se sont indignés de la régression sociale prônée par Fillon. Ce dimanche, qui a marqué le début de l'unité à droite, est un avertissement supplémentaire pour le secrétariat général du Parti Socialiste. #François Fillon