Jeudi 24 novembre au soir, les Français ont entendu beaucoup de solutions pour leur pays de la part des deux vainqueurs du premier tour de la #Primaire de la droite ; mais aucun n'a parlé d'écologie. Or, les candidats à la primaire de la gauche, eux, veulent placer l'écologie parmi leurs priorités. En particulier Benoît #Hamon, qui a publié sur son site de campagne ses 12 propositions pour une transition écologique.

Lier la question sociale à celle de l'écologie

Le développement durable comporte 3 volets parfois difficiles à concilier : économique, écologique et social. Les socialistes entendent réunir ces 3 dispositions. Ainsi, Benoît Hamon compte, dans les 6 mois après son élection, lancer une conférence nationale mettant en lumière les relations entre santé des particuliers et environnement. De plus, il envisage d'inscrire dans la Constitution la protection des biens communs environnementaux tels que l'eau et l'air.

Il pense également à rénover les bâtiments publics et privés de manière à optimiser leur utilisation d'énergie. En outre, plus ambitieux, cette fois, il cherche des solutions pour sortir du diesel à l'horizon 2025. Dans la même année, le pays devra avoir atteint 50% d'énergies renouvelables. La sixième proposition consiste en un plan national " zéro déchet " pour lutter contre le gaspillage alimentaire. Au niveau européen, il demandera également à lutter, dans la législation, contre les pesticides et les perturbateurs endocriniens. Contrairement à ce que veut la droite, les impôts ne baisseront pas, mais ils seront davantage mis au service de la transition écologique. Cela passe aussi par la création d'agences régionales de développement de nouveaux modèles de production et de consommation.

De plus, l'UE doit se remobiliser en faveur de la transition énergétique. En raison de plusieurs scandales, il compte lancer un plan contre la maltraitance animale dans les abattoirs. Enfin, il s'agit de doubler la part du PIB consacrée au développement de l'économie sociale et solidaire. #Ecologie