Inexpérience de Macron: de grâce arrêtez, c'est au nom de ce principe d'expérience que l'on empêche le renouvellement de la classe politique française et de l'accès des jeunes à des postes de direction dans l'entreprise.

La France a une spécialité : faire des grands discours sur le renouvellement de la classe politique et des dirigeants en entreprise et ne pas basculer dans l’acte concret en faisant la place aux jeunes. Depuis l’annonce de sa candidature, Macron est l’objet de diatribes désagréables, il serait trop jeune, inexpérimenté en politique. Hollande, qui ne l’était pas en 2012, a montré que ce type d’accusation constitue une billevesée. De Valls à Juppé, en passant par Sarkozy et Fillon, toute la classe politique française rentière et vieillissante est gênée par l’apport du sang nouveau apporté par Macron sûr de son aventure et sûr du mouvement qu'il est en train de faire naître. La France n'aime ni la nouveauté, ni la modernité malgré les discours pompeux sur sa capacité d'adaptation. On accuse Macron de communautarisme, ce qui est faux car il appuie son comportement sur une approche anglo-saxonne de la liberté. On donne la chance à tout le monde, ce qui n'est pas le cas en France. Macron est pour une laïcité ouverte et pour la République fondée sur l'égalité, la solidarité, la fraternité et la liberté, mais dans la République.

Macron bouleverse tout sur son passage. Il dit les choses que la vieille classe politique française camoufle et ne dit pas. Macron apporte une intelligence académique et un souffle nouveau en politique, ce qui dérange les vieux caciques de la politique française dont certains n’ont aucun projet politique, aucune stratégie, aucun discours actionnel visible pour la France, pour la France dans l’Europe et pour la France dans le monde.

#Emmanuel Macron fait de la politique autrement, il a le droit de critiquer le système car il y est venu de façon tardive. Enarque, inspecteur des Finances et banquier, il n’a pas commencé comme certains jeunes professionnels de la politique qui ont raté leurs études et leur carrière pour devenir assistant parlementaire et espérer devenir un jour député, maire ou sénateur. La candidature de Macron révèle nos travers français : la jalousie, l’envie et la bêtise qui consiste à ne voir dans les compétences de l’autre que les résultats d’un coup de main politique ou autre, alors que Macron se présente à nous tel qu’en lui-même.

Macron a servi Hollande en tant que conseiller et en tant que Ministre, mais il a très vite trouvé que le système politique français était un sarcophage et qu’il fallait en sortir. Il se présente à l’élection présidentielle comme peut le faire tout citoyen de façon légale et légitime. Macron n’est pas tout seul, il vient avec une équipe de parlementaires et de Ministres qui, pour l’instant, se cachent pour ne pas être sanctionnés par leurs partis politiques respectifs. Ces personnalités politiques, on les trouve aussi bien à Droite qu’au Centre et à Gauche. On peut gloser sur une candidature de l’inexpérience, de la jeunesse et de l’absence de la gestion de l’Etat, c’est une critique facile contre laquelle il faut combattre car il faut bien commencer un jour. Emmanuel Macron, instruit, apprend vite, il comprend les codes politiques et, contre toute attente, la création de son mouvement En Marche vient déboussoler la classe politique française dont la politique reste le seul métier dans la vraie vie pour certains de ses membres.

Toute la classe médiatico-politique critique sa démarche sur le fond et la forme, mais sa candidature est là et il faut en être content car il bouscule la classe politique rentière classique à Droite comme à Gauche. Autre chose, Macron fait campagne sur un thème essentiel : l’espérance. Il reste maintenant à loger cette espérance dans un projet politique cohérent. #François Hollande #Manuel Valls