Macron est arrivé, Macron dit les choses, Macron bouleverse les non-dits, les chausse-trappes, les camouflages de la vieille classe politique française rentière de son métier de politique. Macron a abordé tous les sujets pêle-mêle pour certains spécialistes, mais des sujets d’importance comme l’ouverture de la France, la diversité, l’Etat protecteur, les métiers, l’enseignement, l’économie. Il dit de façon très claire que pour augmenter la richesse, il est possible de le faire en redonnant de la liberté aux acteurs économiques en modifiant les mécanismes profonds de l’économie.

Publicité

Il fustige la protection des statuts de ceux qui ont, face à ceux qui n’ont pas. Il estime qu’il faut aller plus loin et privilégier emploi et investissement. Pour la Nation inquiète face à l’intégration et l’obsession religieuse, il estime que les progressistes dont il est, doivent ne rien céder de leurs principes face à ceux qui menacent la République.

Publicité

Il faut être exigeant et défendre la laïcité, la laïcité fondée sur la liberté et une laïcité exigeante qui permet de donner des moyens aux forces de police qui doivent être présentes partout sur le terrain pour mettre en place des actions rapides afin de protéger les populations et les quartiers. Il faut donner des moyens nombreux aux forces de police et de gendarmerie et de justice pour faire triompher la loi grâce à une visibilité et un cap sur 5 ans.

La France doit être ouverte et généreuse et conserver le droit d’asile et le respect de l’autre face à l’exigence de la République. La France est un pays qui a su faire citoyens et députés des hommes et des femmes venus d’ailleurs qui défendaient la France.

Publicité

La France ne peut exister qu’ouverte et non fermée.

La France doit être conquérante et dans l’Europe. Macron estime que l’Europe est absente des discours politiques classiques. C’est une faute car cette attitude renforce les haines nationalistes. Pour avancer, il faut une France forte, crédible et qui doit participer à la création d’une Europe solidaire, démocratique et généreuse. Il demande que le projet qu’il veut construire avec les Français, soit un projet politique d’une Europe qui protège ses citoyens, son numérique, sa démocratie et qui conquière le monde.

Macron termine en disant que la France qu’il veut construire avec ses concitoyens, doit être une République ouverte avec une vision commune, avec un cap. Haro sur les partis qui se divise sur une vision de la société alors que leurs membres sont tous issus d’un même parti, ce qui est une contradiction énorme. A propos des débats sur les primaires, il estime que les candidats se divisent sur des approches différentes de la société. Ces candidats appartiennent à des « syndicats de copropriété ».

Publicité

Macron estime qu’il ne participera pas aux primaires car il n’a ni arrangement à trouver, ni argent à distribuer. Il dénonce les discriminations et on voit ici l’influence de son maître à penser le philosophe décédé Paul Ricœur.

Macron a construit son projet sur des valeurs, des objectifs et un cap précis incarné par la révolution démocratique et progressiste. Il demande à tous les Français engagés en politique ou non de le rejoindre pour l’avenir de la France. La révolution démocratique est le projet de Macron pour 2017 aux noms de la liberté, de la démocratie, de l’égalité et de la fraternité, car le peuple français n’est pas haineux.

Il ne s’agit ni de rassembler la Droite et la Gauche en les séparant mais d’unir toute la France, la France de demain sans haine, celle de son peuple. Pour Macron, les partis politiques français sont dépassés, il faut faire autrement en tant que représentant de l'antisystème. Il faut faire émerger une majorité d'idées, une gouvernance nouvelle pour la France grâce à la révolution démocratique progressiste. #Élections #François Hollande #Emmanuel Macron