#Jean-Luc Mélenchon peine à recueillir les 500 signatures lui étant nécessaires pour se présenter aux prochaines présidentielles. La raison ? Le PS fait pression, selon Le Canard enchaîné (et d’autres sources), sur les communistes devant leur majorité à l’appui d’élus socialistes ; les écologistes, dès les résultats de leur primaire connue, ce 4 novembre, partiront en chasse aux signatures. C'est gagné pour Jean-Luc Mélenchon ? Non, car le PCF n’est plus monolithique, car Pierre Laurent a indiqué que ce n’était pas l’option qu’il privilégiait, que ‘’Méluche’’ a déçu nombre de membres du bureau politique et de militants, et surtout, surtout, le PCF risquerait de n’avoir plus que deux députés. Seuls François Asensi (93, Seine-Saint-Denis) et Alain Bocquet (59, Nord) semblent assurés d’une reconduite. Il faut 15 députés pour former un groupe, avec des apparentés. Le PCF a donc constitué le groupe Gauche démocrate et républicaine (avec des élus du Front de Gauche et cinq députés d’Outre-mer). Ce groupe, de 15 députés du fait du départ d’ex-EELV, ne compte plus que sept PCF, et François Asensi y siège au nom de la Fase (Féd. pour une alternative sociale et écologique). L’enjeu, c’est les sièges de Marie-George Buffet, André Chassaigne, président du groupe, et des cinq autres.

Mélenchon ou Montebourg ?

Jean-Luc Mélenchon semble avoir le vent en poupe dans des sondages lui accordant jusqu’à 17% des suffrages au premier tour des élections présidentielles. Mais les communistes sont plus enclins à soutenir Montebourg ou celle ou celui qui, parmi les candidats dits ‘’frondeurs’’ à la primaire socialiste, pourrait parvenir en tête. Mélenchon s’est d’ailleurs gaussé de l’attrait qu’exerce #Arnaud Montebourg sur les communistes : ‘’Avec un tel programme, qu’est-ce que les communistes peuvent bien lui trouver?’’. Il dénonce, au PCF, une ligne tout sauf lui. Le principal talent de l’ancien ministre serait que ‘’lui, ce n’est pas moi’’, a consigné J.-L. Mélenchon sur son blogue-notes et averti : ‘’on se retrouve vite à manger des pierres faute de bon pain’’ (en lui refusant son soutien).

Olivier Dartigolles réfute Mélenchon

Avec le PCF, il faut humer le vent pour présumer, sans certitude, les décisions à venir. Or Regards, titre et site financés par le #Parti communiste, fait la part belle (en tête de page d’accueil notamment), à un entretien avec Olivier Dartigolles, intitulé ‘’Jean-Luc Mélenchon pourrait être le candidat de la gauche antilibérale’’. Il déclare ‘’nous n’allons pas attendre fin janvier et les résultats de la primaire du PS (…) nos adhérents voteront pour décider de nos choix’’. Le résultat ne sera connu qu’après ce vote, en début d’année prochaine. Mais il n’y a plus de cadre programmatique commun avec le parti de Mélenchon (le PG), ni avec le candidat Mélenchon qui soumet son propre programme à ses partisans, sans rechercher un accord. Or ce dernier ‘’théorise sa totale liberté et refuse tout cadre collectif hors de celui qu’il a construit à sa main’’.