En politique, il faut quelquefois s'asseoir sur ses convictions. C'est ainsi que ce samedi 5 novembre 2017, le PCF vit une journée importante, en décidant de se mettre dans les patins de #Jean-Luc Mélenchon dans le cadre de la #Présidentielle. Une alliance pas vraiment contre nature mais qui fera grincer des dents chez les adhérents...restants!

#Pierre Laurent et le PCF ont du mal à se moderniser, Mélenchon en profite.

Il est des sondages faciles à faire. Et, pour certains, ils sont particulièrement noirs, cruels mais réels. Demandez, dans votre entourage, ou dans la rue, aux personnes rencontrées de vous citer le nom d'un politique du Parti socialiste, du Front national, du Parti communiste et des Républicains. Pas compliqué comme test. On peut même vous en donner le résultat. Ce sera Hollande pour le PS, Sarkozy ou Juppé pour les Républicains, le Pen pour le FN. Pour le Parti communiste? Relancez, donnez un indice: non pas Jean-Luc Mélenchon ! Insistez encore un peu et puis, lâchez Pierre Laurent. C'est le plus connu du PC! C'est dire. Le parti a un réel souci et, franchement, ce n'est pas un très bon signe. Jamais l'affaiblissement de ce parti n'a été couronné de bonne santé de la politique française. Et, comme l'on associe souvent "PC" et "CGT", dont les luttes sont proches, il est également déplorable de voir que pas plus de 7% des Français ne font confiance... aux syndicats en France. Une vraie défiance, la typographie ayant changé. Difficile aujourd'hui de défendre ces millions d'ouvriers qui n'existent plus. Difficile de "séquestrer" les patrons du business, ces méchants patrons du ...Net! La CGT n'a pas su aborder les nouvelles orientations de la société. A vouloir trop regarder derrière, à trop se remémorer les luttes contre le capitalisme, le syndicat a perdu le fil du 21ème siècle. La CGT et, à fortiori, les autres syndicats aussi mais la centrale ce syndicalisme proche du Parti communiste. A l'approche de la Présidentielle 2017, il est temps de penser à avoir des "cadres", des femmes et des hommes capables de gouverner, mais aussi d'attirer la "clientèle". Le PC ne l'a pas compris mais il faut intégrer management et communication. Et aussi penser aux adhérents, eux aussi quelquefois cocus de la république. Le secrétaire national est pourtant un homme de qualité. Il est plus pondéré que bon nombre d'autres ténors politiques.

Un ticket "Laurent-Mélenchon" avant un ticket "Laurent-Montebourg"? Le PCF se cherche

Mais, à quoi bon, si personne ou presque ne le connait. Pierre Laurent et ses camarades ont donc décidé de se donner à Mélenchon, aujourd'hui. Le PC absent dans la bagarre à l'Elysée, et ce sont des banlieues orphelines, des quartiers chauds laissés pour compte. Pas pour tout le monde bien sûr, Le Pen prendra avec plaisir dans son escarcelle les orphelins d'un parti communiste semblant avoir quelques décennies de retard, dans l'Histoire du pays. Mélenchon, diront certains? On reparlera de ses salaires, de son côté bobo, voire de son âge, histoire que Juppé ne soit pas le seul à trinquer. Pierre Laurent est peut-être tout simplement le plus sain des politiques de sa génération. Et d'un parti qui gâche ses compétences. Une surprise n'est toutefois pas à écarter, si, plus tard Arnaud Montebourg, était candidat. Le socialiste souhaite les voix du PCF qui, lui, aura besoin d'exister au moment des Législatives également au printemps 2017. Savoir que les autres partis sont preneurs de leurs voix, c'est bien finalement la lueur d'espoir de ce parti des travailleurs. Une lueur, oui. Un espoir? Pour se repositionner, Pierre Laurent devra donner des signes de modernisme. Au risque de voir ses adhérents se désespérer.