#Nicolas Sarkozy ou Alain Juppé pourrait tirer un trait sur sa carrière politique, dès ce soir. L'un d'eux devrait, de toute façon, le faire une semaine plus tard. Pour cette hypothèse, il faudrait que François Fillion se retrouve dans les deux premiers, ce soir. Tout à fait possible en ce dimanche 20 novembre après-midi.

La retraite à 61 ans, cela fait un peu jeune pour un politique. Pourtant, Nicolas Sarkozy de Nagy-Bocsa, dit Nicolas Sarkozy pourrait bien y être contraint s'il ne sortait pas vainqueur de la primaire. En un, ou en deux tours. En cas de défaire, l'ex-Président de la république n'aurait aucun avenir dans le premier gouvernement de Juppé, chef d'Etat. Et pas plus, on s'en doute, avec un François Fillon qui n'a pas manqué au cours des trois débats de la #Primaire à droite et au centre, d'encaisser quelques pics de son ex-patron, et de lui renvoyer la monnaie de sa pièce. Tout en finesse, sans le moindre énervement laissant la "qualité" à Sarkozy. On verrait mal l'homme ayant eu le plus haut des pouvoirs politiques de France, celui qui, en France comme à l'international, marqua son passage le temps d'un mandat, se contenter d'un siège dans le couloir. On se rappelle qu'après sa défaite contre François Hollande, en 2012, il avait dit et redit qu'il arrêtait la politique.

Au pire, la mairie pour Juppé, la retraite politique pour Sarkozy !

Parole de politique ? Mais, cette fois, il est impensable qu'il attende 2022, d'autant que l'alternance pourrait jouer dans le cas d'un Président de droite en 2017. Alain Juppé pourrait être dans le même cas, ce soir ou dimanche prochain. Troisième aujourd'hui, le maire de Bordeaux n'aurait plus qu'à dérouler dans sa ville en limitant ses ambitions nationales et, pour le coup, profiter d'une retraite méritée, lui dont l'âge a tant fait parler.

Le renouveau c'est pas (encore) Bruno !

Pour les autres candidats à la primaire, les opportunités reviendront sans doute. Peut-être pas pour Jean-Frédéric Poisson, mais Nathalie Kosciusko-Morizet aura sans doute grandement appris. Jean-François Copé sortira un peu affaibli de cette primaire. Moins que Bruno Le Maire qui, lui, devra sacrément réfléchir à la campagne qu'il a mené. Le renouveau n'est pas eu rendez-vous. Ou, du moins, pas avec lui. #Alain Juppé