Le verdict tombera le 27 Novembre. C'est écrit, c'est décidé par les instances des partis politiques de la droite et du centre. En attendant, quelle foire d'empoigne ! Au-delà de la question légitime de l'utilité du processus pour désigner le candidat officiel aux prochaines élections présidentielles en 2017, on aura pu voir les ambitions se développer, les alliances se faire et se défaire, les mots plus ou moins respectueux adressés à des concurrents pourtant du même bord ! Et il y a, parmi les 7 candidats, des outsiders crédités de très faibles scores par les instituts de sondage. Ces mêmes instituts de sondage qui désignaient outre-Atlantique comme favorite Hillary Clinton et comme outsider Donald Trump... Que pensent alors les outsiders comme Nathalie Kosciusko-Morizet, Jean-Frédéric Poisson, Jean-François Copé ? Qu'ils ont réellement une chance ? Pourquoi se lancer dans une bataille qui semble perdue d'avance ?

Perdre la primaire... pour gagner plus tard ?

Dans tous les cas, soyons tranquilles pour les perdants. La dernière #Primaire de la gauche en 2012 a vu chacun d'eux être finalement.... des gagnants. Comme lors d'une vieille émission de télé appelée "L'école des fans" - à chacun ses références - on peut dire que finalement "Tout le monde a gagné !". En effet les challengers de François Hollande avaient pour noms Valls, Royal, Baylet, Montebourg, Aubry et tous, je dis bien tous, ont obtenu un poste important dans le gouvernement de Jean-Marc Ayrault ou de Manuel Valls. Alors, quand on se souviendra des mines des outsiders lors des débats télévisés, ne soyons pas trop tristes pour eux. Car en coulisses, ils auront à coup sûr négocié une entente avec le vainqueur. En politique, les hommes et les femmes ressemblent à des chats qui savent toujours retomber sur leurs pattes, au prix parfois du renoncement à des convictions profondes....

Sans oublier que les outsiders d'aujourd'hui sont les favoris de demain. La qualité de stratège est déterminante pour réussir à gagner une élection majeure, au détriment, là encore, de promesses de campagne aussi vite oubliées par les candidats... #Élections #Nicolas Sarkozy