Il est environ 10h30 lorsque Patrick V., 59 ans, arrive dans le bureau de vote indiqué par le site internet, dédié à l'organisation de la #Primaire de droite et du centre. En fait, deux bureaux s'offrent aux électeurs avec, pour chacun, une table pour les renseignements. Celles où se trouvent les listes d'inscription. Un petit coup "à gauche" ! Raté. Qu'importe, son nom figurera sur la seconde liste. Et bien non. Les responsables regardent, regardent encore, essayent même avec une autre orthographe. Devant lui, un homme a eu le même problème, mais fut sauvé par sa carte électorale.

Bien sûr qu'une telle élection est fatigante et coûteuse. Le pourquoi des deux euros mis dans une petite boîte, un peu comme lors des quêtes sur la voie publique. Seulement, avant d'être autorisé à verser son obole, avant d'être invité à signer la charte et les valeurs républicaines de la droite, il faut donc franchir cet obstacle de l'autorisation de voter. Deux sur deux non inscrits, cela parait bizarre. "Je suis né dans cette ville, inscrit depuis l'âge de l'être et, par chance, les deux seuls bureaux du secteur se trouvent justement dans cette commune. J'avais lu que pour voter il fallait être inscrit. Je n'avais donc aucune raison d'être inquiet". Au bout de dix minutes, le Givordin quitte le bureau sans avoir entendu le rituel "a voté". Son cas lui importe peu: "En fait, je me demande surtout combien de milliers cela peut faire de non-inscrits, à l'échelle de la France. Ces listes, d'après ce qu'il a compris, sont des compilations de listes communales, passées par la Préfecture, en l'occurrence du Rhône. Avec philosophie, surtout avec humour, il reconnait: "il y a au moins un point positif: j'ai économisé deux euros et, sans doute, quatre, car je vois mal mon nom réapparaître au second tour..." De retour chez lui, il regarde à nouveau les modalités de l'élection:

Le vote est ouvert à tous. Vraiment ?

"Le vote est ouvert à tous. Il n’est pas réservé aux adhérents des partis. Pour voter, il suffit d'’être inscrit sur la liste électorale au 31 décembre 2015 (ou d’avoir 18 ans à la date de l’élection présidentielle 2017). De verser 2€ par tour de scrutin de participation aux frais d’organisation. De s'engager sur l’honneur en signant la phrase suivante : "Je partage les valeurs républicaines de la droite et du centre et je m’engage pour l’alternance afin de réussir le redressement de la France." Dommage, il ne participera pas au redressement de la France. Par contre, il se dit prêt à impacter sur le résultat "si toutefois Alain Juppé était battu... d'une voix !

Il voulait "tacler Sarkozy" et voter "Juppé" !

Je le ferai alors savoir, mais je pense que nous serons un sacré paquet, ce soir, à avoir vu passer sous le nez cette grande initiative démocratique. En fait je regrette surtout de ne pas avoir voté car j'avais un double objectif: tacler Sarkozy et voter Juppé". L'homme n'en veut à personne: " je ne pense pas que mon nom ait été enlevé volontairement. Peut-être qu'il a manqué du monde pour l'organisation". #Politique #Incidents