Se posera pour lui la question du rassemblement et de sa majorité pour gouverner la France. Qui de Juppé, Fillon, Sarkozy ? L’élu des primaires de la Droite et du Centre devra résoudre un problème important : celui du rassemblement de sa majorité pour gouverner la France. Selon les sondages (il faut leur faire confiance de temps en temps, même s’ils se trompent), le candidat élu le 27 au soir aura toutes les chances de devenir Président de la République.

Une fois élu en 2017, le Président devra gouverner avec une majorité durable pour éviter le spectacle désobligeant que nous présente la gauche et François Hollande. Le quinquennat désastreux de François Hollande est la traduction des primaires de la Gauche et des différences qui s’y sont exprimées. Montebourg en ralliant Hollande et en trahissant Martine Aubry montre sa capacité de nuisance aujourd’hui en accompagnant les frondeurs qui, derrière Martine Aubry, ont toujours contesté la ligne politique de François Hollande depuis les primaires jusqu’à ce jour.

A Droite, il y a plusieurs sensibilités qui se sont exprimées. La Droite forte de Sarkozy n’a rien à voir avec la Droite de rassemblement de Juppé et encore moins celle de Fillon car on ne la connait pas. Il s’est contenté de dire son programme économique et social, et on ne l’a pas beaucoup entendu sur les valeurs et sur l’identité française. Comme d’habitude, Monsieur Fillon joue les passagers clandestins, laisse les autres s’exprimer sur des sujets très sensibles pour les Français et préfère la synthèse. Il monte dans les sondages, il peut, au nom de cette stratégie de réserve, gagner le 27 novembre mais les choses ne sont pas encore définitivement établies. Lui, comme les autres, seront confrontés à un problème de majorité pour une gouvernance durable sur les 5 ans à venir. La France est cohérente avec elle-même, elle donnera au Président élu une majorité de gouvernance. Dans les faits, cette majorité de gouvernance du Président ne correspondra pas à sa majorité politique et, si les Français sont cohérents dans leurs votes, on aura un groupe parlementaire fort à Droite et au Centre, contesté par le Front National qui ferait son entrée à l’Assemblée et un Parti Socialiste croupion. Il faudra voir comment les triangulaires vont s’organiser pour la députation pour que ma carte politique soit plausible.

Essayons d’y voir un peu plus clair.

  1. Juppé est élu. A moins de changer les investitures et de donner une part forte aux centristes, il sera toujours en confrontation avec les députés investis par #Nicolas Sarkozy. Nous allons donc avoir nos frondeurs à Droite, comme Hollande à Gauche.
  2. Sarkozy est élu. Il n’y a pas de problème de majorité, mais il lui faudra intégrer tout le monde au niveau gouvernemental et majoritaire car on peut avoir des députés qui ne se reconnaissent pas dans sa politique après avoir apporté leur soutien à Juppé et Fillon.
  3. Fillon est élu. Il risque de rencontrer le même problème que Juppé élu, car certains députés sarkozystes lui reprochent sa traitrise.
  4. Juppé, Sarkozy et Fillon devront, de façon très claire, se donner des gages mutuels pour éviter le bazar majoritaire de François Hollande et sa gouvernance à petits pas en essayant de contenter les uns et les autres.

De toutes les façons, il faudra que la famille LR se retrouve, travaille et tire dans le même sens pour éviter un retour rapide de la Gauche aux Affaires. Il y a le temps des primaires et il devra y avoir le temps d’une gouvernance maîtrisée qui ne laisse pas la place aux rancœurs, c’est à ce prix que la Droite LR gouvernera à long terme la France. Certains électeurs s’interrogent : faut-il aller voter pour ensuite assister au pâle spectacle de la division et des bassesses ? On peut comprendre que certains électeurs LR restent à la maison les 20 et 27 novembre et attendent le candidat sortant des primaires pour être actifs sur le terrain au moment de la campagne présidentielle de 2017. #Alain Juppé #François Fillon