BFM/RMC/I Tele ont utilisé les grands moyens, ceux de la salle Wagram, pour obliger les candidats de la Primaire de la Droite et du Centre à exprimer leurs différences. On n’a pas été déçu et le débat a été de très bonne tenue grâce à Ruth Elkrief (BFM) et Laurence Ferrari (I Tele). Pour les Français, Juppé est celui qui est prêt à gouverner la France avec une posture de Président, ce que confirment les sondages. François Fillon progresse largement et peut troubler le match Juppé/Sarkozy.

 

Concernant le débat global, il y a eu clarification vis-à-vis de Bayrou et Juppé a parfaitement réussi à expliquer par le silence que Sarkozy, tout en tapant sur Bayrou, a été celui qui était en accord avec lui, même s’il y a des différences en matière de posture politique.  Juppé est resté tel qu’en lui-même, calme, répondant sur tous les dossiers (migrants, exercice du pouvoir, délinquance et sécurité, terrorisme et politique étrangère, ligne politique des candidats et éducation nationale). Sur tous ces questions Juppé a pris de la hauteur et a laissé Copé, Le Maire et NKM attaquer violemment Sarkozy qui a finalement perdu sa superbe dans le dossier Bayrou. Poisson était perdu dans le débat qui n’était plus le sien hors du bocal politique traditionnel français. Quant à Fillon, on trouve qu’il a progressé, mais je pense qu’il est resté terne tel qu’en lui-même, se contentant de coller à Sarkozy, tout en le critiquant à la marge au nom de la loyauté.

 

Sarkozy était dans une attitude difficile car il n’a pas cassé la baraque, il a eu beaucoup de difficultés sur le dossier des migrants, même si sur Facebook il avait promis carte sur table de dénoncer la déloyauté de Juppé vis-à-vis des électeurs LR à cause de ses relations avec Bayrou. Il a repris un peu la main sur la sécurité et la politique étrangère, mais n’a pas été à la hauteur dans les débats sur l’éducation et sur les alliances avec le Centre. NKM et Copé ont été à la hauteur de ce que l’on attendait d’eux dans un débat vif, engageant et interactif vis-à-vis de Sarkozy en épargnant Juppé. Il y a eu dans le débat des éléments de franchise, mais pas d’insolence les uns envers les autres.

 

Les rapports de force entre les différents candidats ne sont pas modifiés ce soir à Droite. Il n’y a pas eu de sortie de route. Chaque candidat a été bon dans son propre couloir. On attendait de Sarkozy qu’il passe à l’offensive, ce ne fut pas le cas. Alain Juppé a passé une soirée tranquille et pépère, Sarkozy a essayé d’interpeller Juppé dans sa relation avec Bayrou, mais très vite il a dû revenir à la raison car les missiles concernant la collusion Bayrou/LR/Barouin venaient non de Juppé, mais de NKM et surtout de Copé.

 

Juppé a joué le rôle de rassembleur, Sarkozy a minima était surtout dans la posture du cliveur que l’on connait. Juppé a montré la stature d’homme d’Etat en essayant d’éviter les petites phrases entre Sarkozy, Copé et NKM. On aurait attendu de Sarkozy qu’il prenne un peu plus de hauteur, ce ne fut pas le cas, même si les partisans LR, pas toujours au fait de la culture politique et des rapports de force, continuent à considérer que Sarkozy est le meilleur. Cela est normal car la plupart des électeurs de LR n’analysent pas toujours avec les canons de la culture politique et le savoir scientifique ce qu’est réellement la politique. Alain Juppé reste le candidat de référence pour la France, alors que Sarkozy est celui des militants LR. Copé n’a pas attaqué Juppé une seule fois, on peut penser que Copé va rejoindre Juppé car il doit solder un problème, l’affaire Bygmalion avec Sarkozy. Contre le terrorisme et vis à vis de l'Arabie Saoudite et du Qatar, il faut être plus ferme. 

En conclusion, ils veulent tous être Président pour redresser la France et bouter de l’Elysée François Hollande. Au total, on attendait que Sarkozy casse la baraque, on reste encore dans la panoplie des déclarations intempestives de l’ancien Président : le vainqueur du débat, c’est Alain Juppé. #Nicolas Sarkozy #Les Républicains #Juppé