#Trump a gagné en battant sèchement Hilary la chouchou des sondages, l’icône des élites et des médias français. La défaite de Clinton nous apprend que la vraie vie ne se trouve pas dans les livres, les procédures neuronales et la magouille mais sur le terrain, celui du quotidien. On a souvent attaqué le Front National sur ses remarques dans le domaine de l’immigration, de l’insécurité, du vivre-ensemble, de l’identité française. Les attaques viennent souvent des médias français, des élites, hier de gauche, aujourd’hui de droite, pour dire que les militants du Front National sont hors-jeu.

La sévère gifle de Trump à Hilary a montré plusieurs visages d’une Amérique divisée, misogyne, communautariste et fière de l’être. En France on est machisme, mais on ne le dit pas, on s’abrite derrière l’intelligence neuronale alors que dans la vraie vie les discriminations envers les femmes sont sévères. La bien-pensance française a tiré à boulets rouges sur les frasques et misogynies sexuelles du Président Trump. Paradoxalement les Américains acceptent cette misogynie car ils ont élu le plus misogyne et le plus balourd des Américains selon la représentation médiatique française. Cherchez l’erreur.

En France on tolère la présence des femmes en politique, mais on reste à l’image des Américains, misogynes, à condition de ne pas le dire. Les élites françaises, les sondeurs et la classe politique se sont plantés, tous souhaitaient la victoire de Hilary. Trump en gagnant est hilare en contemplant la défaite en rase campagne de la chouchou Clinton des Français. Et comme d’habitude, une grande partie de la classe politique, à Droite comme à Gauche, essaie de récupérer la victoire de Trump pour expliquer aux Français que la situation américaine est reproductible en France. A droite, Sarkozy qui dans le Figaro avait dit qu’il souhaiterait la victoire de Hilary Clinton, a très vite changé de costume, primaire oblige, pour saluer la victoire de Trump qui s’est appuyé sur les ploucs républicains, selon l’expression de Hilary, pour devenir Président. Sarkozy pense qu’il gagnera les primaires car il estime que les sondages qui portent Juppé à des sommets sont faux et que le vrai peuple votera pour lui.

La France et ses intellectuels considèrent les #Etats Unis avec distance critique et envie dans tous les domaines. Les réussites de Google, Apple, Microsoft sont enviées et jalousées au nom de l’entreuprenariat. En revanche le vivre-ensemble difficile et communautariste américain est largement décrié. La victoire de Trump est celle de l’Amérique, de tous les Américains, même si les anti-Trump protestent. La victoire de Trump permet aux Etats-Unis de rebâtir un modèle politique d’un genre nouveau. Dans les années 1980 on a parlé du reaganomics, modèle de politique et d’économie fondé sur la valorisation de l’Amérique, tant sur le plan politique qu’économique. Aujourd’hui il faudra peut-être parler d’un Trumponics. Que les sondeurs, les médias et les élites politiques français mettent de l’eau dans leur vin, qu’ils présentent leurs excuses aux citoyens primaires que nous sommes. Nous sommes des adultes, capables de réflexion et d’action. Nous sommes les vrais gens, capables d’aller voter sans être influencés par ces barbouzes de l’information que sont les médias et les hommes politiques dépassés par les incertitudes de la mondialisation et surtout des conséquences de celle-ci sur les populations. Sondeurs et hommes politiques, arrêtez de surfer sur le #populisme, arrêtez de dire n’importe quoi sur celui-ci. Et si le populisme était la vraie vie ? Tiens-tiens Marine Le Pen n’a pas encore gagné, elle n’est pas Trump et elle ne peut pas nous tromper car les Etats-Unis et la France sont différents, même si médias et sondeurs amalgament les situations.

Stop aux sondages et à la médisance interprétative. La preuve: les médias et les élites se sont trompés sur Trump et ont choisi Hilary battue, humiliée et défaite. Bien fait et je ne suis pas misogyne mais politique.