Ce mardi 13 décembre dans l’hémicycle, #Christian Jacob a interrompu sa prise de parole pour rappeler à l’ordre le Premier ministre Bernard Cazeneuve. Présent à la tribune après que le chef du gouvernement ait effectué son discours de politique générale, le président du groupe Les Républicains à l'Assemblée nationale a d'abord lancé une petite pique à l'ancien ministre de l'Intérieur : "Si vous êtes là devant nous, ce n'est certainement ni grâce à la cohésion de votre majorité, ni grâce à vos talents personnels, mais par la grâce des institutions de la Ve République". Puis il a remarqué que ce dernier était en train de regarder son smartphone.

Publicité
Publicité

Christian Jacob a alors interrompu son discours en déclarant : " dès que le Premier ministre aura fini de lire ses #textos on pourra continuer ". Une remarque qui a provoqué quelques rires dans l'assistance. Certains députés de la droite ont crié : "le respect, le respect !". Christian Jacob n'a pas pu réprimer un sourire en coin devant cette récrimination venue du cœur de ses troupes. De son côté, #Bernard Cazeneuve, affichant une moue, a laissé apparaître un certain agacement. Il a donc préféré discuter avec Ségolène Royal.

'Hollande bashing'

Outre, Christian Jacob a parlé du bilan de François Hollande. "Le bilan de François Hollande est indéfendable, d'ailleurs personne ni même lui ne le défend", a-t-il martelé. Le député de Seine-et-Marne a également évoqué une "farce tragicomique, des ministres victimes de phobies administratives, les 'sans-dents', le scooter du président et mademoiselle Leonarda".

Publicité

Un discours qui a eu lieu sous les huées et les applaudissements des uns et des autres.

La remarque agressive de Christian Jacob

Ce n’est pas la première fois que Christian Jacob s’attaque à Bernard Cazeneuve. Lors de sa première séance de questions au gouvernement, il y a une semaine, le Premier ministre a eu le droit à une remarque 'violente' de la part du patron des députés Les Républicains. "Les Français savent que vous ne ferez rien ", avait alors lancé Christian Jacob. Bernard Cazeneuve est resté calme et a salué, avec ironie, "la manière bienveillante" avec laquelle l'opposition lui souhaitait la bienvenue. "Ça fait vraiment chaud au cœur", avait-il déclaré.