Pas de perte de temps ! Après avoir annoncé sa candidature aux présidentielles lundi et démissionné de son poste de premier ministre, Valls a assuré ce mardi 6 décembre la passation de pouvoir. Il a remis les clés de Matignon à Bernard Cazeneuve, et n'a pas manqué de louer les qualités de son remplaçant. Un petit passage au journal télévisé de 20 h sur France 2, où le candidat aux primaires de la gauche a privilégié un discours rassembleur. Face aux remarques de Patrick Pujadas, l'interrogeant sur les "gauches irréconciliables", phrase prononcée par l'ancien premier ministre pendant son mandat, il a déclaré que cette citation avait été sorti de son contexte.

Publicité
Publicité

Il a également mis en avant son sentiment de responsabilité et sa volonté de rassembler, afin de faire gagner la gauche.

Occupant la scène médiatique depuis plusieurs jours, #Manuel Valls se transforme en véritable candidat de la gauche. Fini l'autoritarisme et les positions tranchées, le politicien adoucit son discours. Il met en avant les valeurs de la gauche, sa volonté de préserver le système de santé français et de combattre les extrémismes. Il se place d'emblée en concurrent de François Fillon et Marine le Pen. Pourtant, le candidat aux présidentielles doit d'abord remporter les primaires de la gauche, ce qui n'est pas encore fait. Ses positions sur la sécurité et la laïcité, ainsi que sa ligne économique un brin libérale, ont été vivement critiquées au sein de son propre camp.

Publicité

Son caractère autoritaire et sanguin l'a parfois desservi, tandis que d'autres plébiscitent son franc-parler et sa combativité. Face à l'enjeu électoral et à une gauche morcelée, Valls doit réussir à rallier par un discours fédérateur. Il n'hésite pas non plus à s'adresser aux centristes et même à la droite, visant ceux qui ne se reconnaissent pas dans le programme de Fillon et les encourageant à venir voter aux primaires de la gauche. Se sachant critiqué au sein de la gauche, notamment dernièrement par certains hollandistes l'accusant d'avoir poussé #François Hollande à ne pas se présenter aux présidentielles, Valls cherche à convaincre des électeurs au-delà du PS. Une participation large aux primaires de la gauche pourrait l'avantager face à Arnaud Montebourg.

Valls cherche à convaincre les parlementaires PS

Suite d'une journée bien active pour le candidat aux présidentielles, Valls a rencontré mardi soir 150 parlementaires PS. Il leur a tenu un discours à l'assemblée nationale, en leur demandant leur soutien. "J'ai besoin de vous", a-t'il déclaré.

Publicité

Les parlementaires présents, des convertis à sa cause, étaient invités à signer les documents de parrainage permettant la candidature de Valls aux primaires de la gauche. Si certains hollandistes étaient présents lors de cette assemblée, d'autres gardent pour l'instant leurs distances. Le prochain défi de Valls sera de conquérir leurs soutiens, pour devenir le candidat de la gauche aux présidentielles. Ou du moins celui du PS, puisque les candidats ne participant pas aux primaires de la gauche sont multiples, de Mélenchon à Macron.

Face aux critiques visant son tout nouveau discours fédérateur, pouvant passer pour aseptisé et faux, Manuel Valls invoque son sens de la responsabilité face au délitement et morcellement de la gauche, et sa volonté de rassembler. Devant les parlementaires présents mardi soir, il a mis en avant son expérience et son énergie. Il en aura bien besoin pour traverser les futurs obstacles des primaires puis peut-être des élections présidentielles. #Élections