Cambadélis a déjà vendu la mèche : soutenir Fillon au second tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen

La clarification attendue au sein du #Parti socialiste n’arrivera peut-être jamais entre les deux Gauches irréconciliables théorisées par #Manuel Valls. Le Premier Ministre opte pour un autre choix : rassembler, unir et passer en piétinant les différences idéologiques au sein du PS. Il faut, au nom du rassemblement, continuer l’action réformatrice engagée par Hollande qui n’a pas su, malheureusement, l’expliquer aux Français. Cambadélis a demandé à Macron et à Mélenchon de rejoindre la primaire. A moins d’une catastrophe, ni Macron, ni Mélenchon ne répondront positivement à sa lettre.

Publicité
Publicité

D’ailleurs, Cambadélis lui-même se met déjà en position de défaite car il prépare les esprits socialistes à voter Fillon au deuxième tour de l’élection présidentielle face à Marine Le Pen. Belle conception du capitanat et du chef d’équipe, belle conception du pouvoir en politique : on préannonce une défaite avant d’avoir combattu et on souhaite que les militants se prononcent favorablement.

Cambadélis nous prépare déjà les motifs de l’échec de la Gauche : Macron et Mélenchon. Très vite Macron a dit chez Jean-Jacques Bourdin sur RMC qu’il ne serait pas le comptable de l’échec du PS. Au fond, Valls doit faire face à des candidats qui tous veulent sa chute car ils le tiennent pour responsable de la non-application du programme de Gauche en 2012, façon Martine Aubry. La politique est violente et brutale et Valls ne peut pas clarifier, et encore moins théoriser, cette Gauche de réforme de gouvernement, ancrée dans le marché et dans la social-démocratie de façon ferme avec le risque d’apparaitre comme un non-socialiste pour les frondeurs.

Publicité

Les frondeurs représentent assez paradoxalement l’atout majeur de Valls : quasiment cinq impétrants de la Gauche frondeuse contre Valls. On aurait pu imaginer des stratégies de coalition entre Montebourg et Hamont qui savent faire, surtout Montebourg qui s’est coalisé avec Valls pour faire partir le Premier Ministre Jean-Marc Ayrault.

Les primaires de la Droite ont été un succès : 4 millions de personnes y ont participé. Une victoire de taille : la victoire de Fillon et une Droite forte qui revendique ses choix, ses directions, même si Madame Alliot Marie (ancien Secrétaire général du RPR, Ministre de la Défense) vient d’annoncer sa candidature à l’élection présidentielle de 2017. Alliot Marie a hiberné pendant la primaire, la voilà au soleil de la présidentielle, c’est sympa mais c’est anecdotique et ça s’arrêtera là.

La primaire du PS est la primaire de la division. Valls et les autres préparent l’après élection présidentielle. La primaire du PS choisit un candidat qui permettra de mettre en ordre de marche l’opposition PS face à Fillon pendant 5 ans et espérer éventuellement pendant ces 5 ans d’opposition, une clarification idéologique permettant de faire la synthèse au sens de Hollande des deux Gauches irréconciliables théorisées un peu rapidement par Valls.

Publicité

Pour Martine Aubry, il n’y a pas deux Gauches, mais la Gauche.

Pour terminer, #Emmanuel Macron souhaite la défaite de Valls à la primaire, la victoire de Montebourg et se créer un boulevard pour la présidentielle de 2017.