Juste après l'annonce officielle de la victoire de #Benoît Hamon à la #Primaire de la gauche avec près de 59% des voix, #Manuel Valls a été le premier à prendre publiquement la parole. Se félicitant de la hausse de la participation avec plus de 2 millions de votants, il a regretté que la tendance du premier tour ne se soit pas inversée, mais il tiendra ses engagements en soutenant Benoit Hamon jusqu'au bout : "J’ai depuis toujours le sens de l’action collective et de la loyauté. Benoît Hamon est désormais le candidat de notre famille politique. Et il lui appartient de mener à bien la belle mission du rassemblement".

Mais parmi les soutiens du candidat malheureux, certains ont déjà annoncé leur défection et leur ralliement à Emmanuel Macron.

Publicité
Publicité

C'est le cas du député du Cantal Alain Calmette, qui a publié un long communiqué de presse à ce sujet. De même, le député-maire de Lyon Gérard Collomb refuse de voter pour Benoit Hamon.

Des ministres trop frileux ?

Pour le sénateur-maire d'Alfortville Luc Carvounas, la défaite de Manuel Valls a eu lieu, en partie, à cause du manque d'investissement de certains ministres du gouvernement dans la campagne. Sur RTL, il sous-entend un manque de loyauté envers celui qui "était leur premier ministre il y a encore quelques semaines".