Un… Deux… Trois… millions d'euros ? C'est la famille Crados. La famille Fillon, si propre sur elle, est surette sous les aisselles, rance entre les orteils, puante au creux de l'aine. Le Canard enchaîné a ''valorisé" les allocations familiales de l'épouse et des rejetons Fillon. Total, 1,027 million, mais c'est sans compter les prébendes de Monsieur Frère, Pierre, et doublement beau-frère de Penelope, c'est sans prendre en compte les revenus tirés de 2F Conseil, ni les ménages à La Revue des Deux Mondes… Alors, un, deux, ou trois millions ? Et les affidés, comme le directeur de cabinet du maire de Sablé, Julien Grousset, 25 ans, détaché auprès de #François Fillon par Julien Grousset ? Ex-chargé d'événementiel de François Fillon (RP et relations avec les élus) fin 2012.

Publicité
Publicité

Un petit-cousin ? Cessons de jouer les Marat de L'Ami du Peuple : Marie Fillon ne va pas me rejoindre dans ma baignoire, telle Charlotte Corday. Bref, pour l'écume des choses, ce qui transparaît, Penelope Fillon, 900 000 € ; les enfants Fillon, 84 000 ; 2F Conseil, 624 000 ; Monsieur Frère et bi-beau-frère, 12 330 mensuels… Et un seul compte joint ?

Badge à la ceinture

Pour se rendre au Palais-Bourbon, Penelope Fillon n'avait pas de besoin de ceinture. Pas de bras, pas de chocolat, pas de badge, nul besoin de ceinture. On est de Sablé, on fait sablonneux. Et quand est-on donc aussi en congés de maternité ? Dans ce cas, l'argent des contribuables est préservé, ce sont les cotisations sociales (la CSG aussi), &c., des assurés qui compensent. Mais attention, tout est limpide, et faute de badges, les Fillon ont assurément (?) produit au parquet les bagues des pigeons voyageurs leur permettant de communiquer entre eux et avec Marie et Charles Fillon.

Publicité

Marie, 57 000 €, Charles, 26 000. Ah, c'est du brut, une misère du fait du poids des charges pesant sur les entreprises (familiales ?), soutiennent qui soutient, même dans les rangs sarkozystes, la campagne de la future famille élyséenne (de leurs deniers ? Allez, encore un effort…). François Fillon, sans qui l'Internet n'aurait jamais franchi l'Atlantique (via le Cern de Genève), n'a pas à répondre sur la cagnotte familiale en bitcoins. Les yeux dans les yeux, encore plus limpide et transparent qu'un Cahuzac, il l'assure : tout est sur le compte joint. Une presse de ''caniveau'' (c'est pour la rime avec Les Échos), perfide, envisage déjà un classement sans suite qui dissimulerait… Quoi ? Alors que tout est transparent. Et même diaphane. Au fait, quel lien entre Penelope et Le Groupe Penelope et ses "hôtes et hôtesses'' accompagnant ses dames et ces messieurs en leurs hôtels (particuliers) ? C'est cela à quoi Bruno Apparu fait allusion en évoquant " la rapidité du truc qui devrait donner une issue, elle aussi rapide" ? Charles de Courson et René Dosière, qu'on a connu si prompts à fustiger les dérives budgétaires des assemblées et de l'Élysée, restent circonspects.

Publicité

Serait-ce que leur Plan B soit Emmanuel Macron ? Eh non, de Courson soutient – encore – la famille Fillon. L'#Ordre Nouveau, qui rebattra les cartes du jeu des sept familles, ne doit surtout pas être invoqué. Allons, Messieurs Philippe de Villiers, Gérard Longuet, Alain Madelin, Madame Anne Méaux, synchronisez vos pendules : "un fillon de France'' (des Visiteurs) est tombé, relevez son poste de combat dans la carrière. François Fillon a tiré ses 15 cartouches (et comptes bancaires), à vous de relever son fanion… Plus les ex du GUD ou Ordre Nouveau s'enfoncent dans le déni, plus ils balisent la voie de Marine Le Pen. La concurrente qui réussira sans eux. Mais peut-être qu'un Macron magnanime, et peu regardant, saura assurer les repêchages. Un Alain Minc, c'est bien, une demi-douzaine, c'est mieux.