Ce matin mardi, à la Mutualité à Paris, 5 candidats à l'élection présidentielle présenteront leur programme en matière de santé. Seront présents à la tribune : Emmanuel Macron, Yannick Jadot, Benoit Hamon, Nicolas Dupont-Aignan, et #François Fillon. C'est d'ailleurs les propositions de ce dernier, englué dans le Penelope Gate, qui sont les plus attendues. En effet, dès sa victoire à la primaire face à Alain Juppé, le candidat des Républicains annonçait une refonte totale de la politique française de santé publique, et beaucoup l'ont accusé de vouloir "casser la Sécurité Sociale" en stoppant notamment le remboursement de certains soins. Des propositions critiquées jusque dans les rangs de la droite.

Publicité
Publicité

Cette mesure décriée proposait que l'Assurance Maladie se concentre uniquement sur les pathologies lourdes et à gros risques, laissant le remboursement des consultations et soins pour les rhumes et autres gastro-entérites aux mutuelles et assurances privées, que certains français n'ont pas les moyens de financer. Cette proposition a finalement été retirée du site internet du candidat en Décembre dernier.

Certaines prestations mieux remboursées

Interrogé par Le Parisien à la veille de ce grand oral à la Mutualité, François Fillon souhaite parvenir au remboursement total "des frais auditifs, optiques, dentaires et des dépassements d'honoraires", avec une mesure symbolique prise dès le début du quinquennat : le remboursement total des lunettes pour les enfants. S'il devient #Président de la République, il incitera également les mutuelles complémentaires à mieux assumer la prise en charge des frais optiques pour les adultes.

Publicité

Ces avancées seraient permises par la création d'une Agence de garantie de couverture solidaire des dépenses de santé. Aucun financement n'a toutefois été annoncé concernant ce nouvel organisme. François Fillon a tout juste déclaré que les cotisations des mutuelles n'augmenteraient pas "abusivement".

Pour lutter contre les déserts médicaux, de plus en plus nombreux à travers le territoire, la droite propose, comme l'a déjà fait la ministre de la Santé Marisol Touraine, d'augmenter le tarif des actes dans ces zones afin d'inciter les jeunes médecins à s'y installer. Il compte ainsi multiplier le nombre de maisons médicales d'urgence. Par ailleurs, la télémédecine (consultation par web cam) pourrait permettre de désengorger certains services d'urgences saturés.

Pour les personnes plus âgées, Les Républicains proposent une augmentation de l'ACS (Aide à la Complémentaire Santé), dont bénéficient les retraités aux pensions les plus modestes. Mais François Fillon a une autre proposition phare pour préserver la santé publique : offrir une consultation médicale gratuite à chaque français tous les deux ans, dans un objectif de prévention.

Publicité

Hôpital : retour aux 39 heures

L'annonce par François Fillon de la suppression de 500.000 postes de fonctionnaires ne touchera pas le personnel soignant des hôpitaux, uniquement les services administratifs. Pour lutter contre les absences fréquentes de certains employés de l'Etat dans ce secteur, il souhaite remettre en place le jour de carence en cas d'arrêt de travail, tout en revenant à la semaine de 39 heures et en créant une agence chargée d'évaluer les hôpitaux "pour que le patient choisisse en connaissance de cause".

Enfin, pour diminuer le déficit de la Sécurité Sociale, François Fillon propose la suppression de l'aide médicale pour les sans-papiers et du tiers payant obligatoire. Là encore des précisions devront être apportées ; les mutuelles complémentaires ont, semble-t-il, de beaux jours devant elles. #Santé