Ce 1er Mars, #François Fillon, candidat des Républicains à l'élection présidentielle du 23 Avril, donnait une conférence de presse suite à sa convocation par la #Justice le 15 Mars prochain, dans l'affaire des emplois fictifs qu'auraient occupés son épouse Penelope. Il a déclaré qu'il ne céderait pas aux pressions, et qu'il maintenait, pour l'instant, sa candidature coûte que coûte. Mais France 2 croit savoir qu'il tenait un tout autre discours le matin même, juste après avoir été mis au courant de sa convocation chez les juges d'instruction.

Rumeurs

Déjà très hésitant, François Fillon aurait d'abord décidé de tout abandonner, comme le lui conseillait d'ailleurs son directeur de campagne, Patrick Stefanini, qui lui-même pensait à démissionner.

Publicité
Publicité

Mais ce serait l'intervention de Nicolas Sarkozy qui aurait changé la donne... "Tiens bon, on est derrière toi", lui aurait déclaré l'ancien #Président de la République.

Après avoir envoyé l'un de ses fidèles lieutenants, le député Bruno Retailleau, le représenter au Salon de l'Agriculture, François Fillon a réuni sa garde rapprochée à son QG de campagne. C'est là qu'il aurait déclaré que sa mise en examen était inévitable mais qu'il tiendrait bon, entraînant alors une onde de choc parmi l'assistance, et la défection de nombreux soutiens...